Je vais évoquer une proposition qui a été au centre des débats de certains nos responsables depuis le début de deux dernières décennies et qui consiste à transférer la capitale de l’Etat tchadien au centre du pays et faire de l’actuelle capitale une ville à caractère économique, commerciale et touristique Dans laquelle sera gravée la mémoire spirituelle et historique. Mais cela me semble complètement omis par les autorités actuelles.
 

Mes arguments reposent sur les points suivants qu’il faut revoir et étudier cette proposition :
 

1-     Le flagrant déséquilibre de la densité démographique fait que le territoire national ressemble plus à un terrain de football qui Permettrait à l’équipe la plus douée et la Plus entraînée d’occuper tout le terrain et ne laisser aucun espace vide à l’équipe adverse. Jusqu’à quand durera la concentration de la population sur un littoral étroit, alors que le centre, le nord et le sud sont presque désertés par les habitants ? Dans quel état sera l’actuelle capitale quand sa population dépassera les six ou sept millions d’habitants ?

 

2-   La concentration de la population sur une bande côtière étroite est une des raisons qui font que beaucoup de secteurs relatifs à l’emploi, l’habitat et autres services se retrouvent dans cette posture dite du «paradoxe d’Achille et de la tortue» bien connue en mythologie grecque à laquelle s’ajoute l’exiguïté des lieux qui engendre, selon les criminologues et les démographes, la recrudescence du phénomène de la criminologie et de la délinquance, notamment lorsque cette concentration née dans des habitations ressemblant à «des cages à poules» en face desquelles se dressent des palais qui rivalisent avec ceux des stars californiennes et de Las Vegas dans une société s’initiant à la culture urbaine prédominée par l’individualisme et la famille nucléaire et où la classe moyenne rétrécit comme une peau de chagrin.

 

3-   Seuls cinq pays au monde ont des capitales côtières, quant aux capitales des autres grands pays, à l’instar des Etats-Unis D’Amérique (Washington), de la Russie (Moscou), de la Grande- Bretagne (Londres), de l’Allemagne (Berlin), de la Chine (Pékin) et de l’Inde (New Delhi), celles-ci se situent à l’intérieur des zones côtières, et les pays qui avaient des capitales sur la côte, comme le Brésil, le Nigeria et le Pakistan ont dû les transférer vers l’intérieur à la fin du siècle dernier. La Turquie a, pour des raisons politiques, choisi Ankara, ville intérieure, comme capitale et abandonné Istanbul, autrefois capitale de son empire donnant sur le Bosphore et le Détroit des Dardanelles.

 

4-     Le Nord est une zone désertique, contrairement au centre qui est plus sûr. Il y a Lieu de rappeler également que l’actuelle capitale ainsi que sa périphérie sont reconnues pour leurs mauvaises qualités de sol. En plus de sa nature topographique, elle donne sur la mer et est bordée par une frontière d’un pays étranger connu pour ses transgressions envers le Tchad. ? Le développement des technologies militaires, notamment les satellites et les armes balistiques, fait qu’aucun endroit sur terre n’est à l’abri d’une attaque offensive destructrice, sachant que, par le passé, toutes les attaques contre le Tchad a été perpétrées du nord et de l’est du pays et non Par voie maritime mais la vigilance reste cependant persistante.  

 

C’est pour cette raison que le fait d’avoir notre capitale à l’intérieur permettrait d’établir plus d’équilibre et évitera ainsi d’associer le centre à un grand centre pénitentiaire à ciel ouvert. Y a-t-il âme qui lise ? Qui écoute ? Qui comprenne ? Qui médite ?   

 

Par Ms AMINE M universitaire

AMINE MS
Ville : ABECHE
Email : 
aboujamiladiguess@yahoo.fr

 

181 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article