Il n’aura finalement tenu que sept petits mois. Le désormais ex-ministre tchadien du Pétrole Boukar Michel a été démis de ses fonctions par simple décret présidentiel le 11 janvier dernier, sans aucune explication.

D’après nos informations, Boukar Michel n’a pas la stature d’un vrai cadre. Il manque cruellement de charisme pour se faire respecter, même si son parcours en tant qu’ingénieur au ministère du Pétrole plaide pour lui. Il a gravi les échelons grâce à Kassiré Delwa Koumakoye qui a fait sa promotion, et le fait d’être dans le sillage des enfants d’Idriss Déby qui lui faisait faire des services intermédiaires avec la chance d’être repositionner à servir les lobbys qui se partage le butin du pétrole.

1er acte, il a ciré le parquet à Taher Nguilin ex-DG de la SHT parce qu’il le disait lui-même à quelques confidents que ce dernier convoitât son poste et qu’Idriss Déby puisse le nommer à sa place. Ses dernières prises de décisions avaient largement déplu à certains proches de Déby qui commençaient à se poser de question, surtout sur les libertés d’action et prise de décision trouvées assez bizarre.

Oubliant vite d’où il venait, il a commencé par faire cavalier seul sur plusieurs décisions y compris l’octroi d’un seul et même permis à deux entreprises asiatiques (Chinoise et Taiwanaise)

Au Tchad, le ministère du Pétrole est la chasse gardée d’Idriss Déby, de son épouse et leurs proches qui se sucrent royalement sur le pétrole tchadien. Très vite, les projecteurs se sont tournés vers l’ex-ministre du Pétrole envers lequel plusieurs soupçons sont perçus.

Si l’opinion accuse toujours Idriss Déby de changer les ministres comme des chemises, il faut aussi avouer que certains de nos cadres ou semi-analphabètes nommés cherchent de suite à s’enrichir au lieu de travailler pour le pays. Il est clair qu’en un laps de temps, aucun ministre ne peut pérenniser un projet, mais la nature de nos cadres actuellement pose une grande interrogation quant à leur probité dans les fonctions.

Boukar Michel à mis 8 huit tout au plus au ministère du Pétrole. Ce qui explique qu’il était là que pour poursuivre les affaires courantes, mais pas pour le développement du secteur pétrolier. Il a été limogé après que plusieurs fiches ont été envoyées à Idriss Déby pendant son séjour à Amdjarass, et lui-même absent du pays, parti avec une délégation pour amener son support à un autre fils d’Idriss Déby, l’ambassadeur Zackaria Hibou élu membre de l’IRENA (Agence internationale de l’énergie renouvelable). En attendant son remplaçant, c’est le ministre des Finances Allali Mahamat Abakar qui fait office d’intérim.

Tchadanthropus-tribune

1936 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article