Plusieurs sociétés se battent pour acquérir les 40% détenus depuis le début des années 2000 par ExxonMobil sur les gisements du bassin de Doba. Selon nos sources, Trident Energy, dirigé par l’ex-Perenco Jean-Michel Jacoulot , est sur les rangs, tout comme Perenco. Ce dernier s’était déjà montré intéressé pour entrer sur ces gisements lors de la vente des parts de Chevron en 2014, finalement acquises par l’Etat tchadien pour 1,45 milliard $ ( AEI nº766). Autre acteur convoitant le rachat des actifs d’ExxonMobil au Tchad, le fonds d’investissement américain Carlyle (voir ici). Ce dernier pourrait éventuellement soutenir le nouveau projet de l’ex-président de Tullow OilAidan Heavey, avec lequel il est en discussion. Le beau-frère d’Heavey et actuel vice-président de Tullow Oil, Tim O’Hanlon, avait effectué dès 2011 plusieurs séjours au Tchad dans l’espoir d’investir dans le bassin de Doba.

Les transactions tourneraient autour de 300 millions $ alors que la production nette d’ExxonMobil ne s’élève qu’à 12/13 000 b/j. Cela fait déjà longtemps que la major américaine n’investit plus dans ses gisements, qu’elle estime trop petits et vieillissants. Ce montant de 300 millions $ montre cependant, une fois encore, combien l’Etat tchadien a surpayé ses 25% en 2014 alors que la production était déjà depuis plusieurs années en chute libre. A l’époque, c’est Glencore qui avait prêté la somme ( AEI nº812).

Tchadanthropus-tribune avec la Lettre du Continent

1129 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article