S.E. Mr Idriss Deby Itno, Président de la république du Tchad, Chef de l’Etat ;

SEM Le Président de la République Islamique de Mauritanie ;

 

Madame la Première Dame ;

Monsieur le Ministre de l’Economie et de la Planification du Développement du Tchad ;

Mesdames et Messieurs en vos rangs et qualité ;

J’ai le plaisir de vous présenter le Communiqué final de la Table Ronde pour le financement du Plan national de Développement du Tchad pour la période 2017-2021.

Sous le Haut Patronage de Son Excellence Monsieur Idriss Deby Itno, Président de la République, chef de l’état s’est tenue à Paris, en France les 6, 7 et 8 septembre 2017, la Table Ronde pour le financement du Plan National de Développement (PND) 2017-2021.

Organisée par le Gouvernement tchadien en collaboration avec les autorités françaises ainsi que les principaux partenaires au développement, la Table Ronde a vu la participation des Partenaires Techniques et Financiers bilatéraux, multilatéraux et divers investisseurs privés internationaux.

 

Le Tchad a définit un Plan National de Développement qui nous a permis sur trois journées de réaliser d’intenses discussions et d’échanges fructueux afin d’identifier les enjeux et le financement additionnel qui devrait lancer le pays sur le chemin du développement et de l’émergence.

La journée du 06 septembre « Investir au Tchad » s’est focalisée sur le Forum du secteur privé. Nous avons réunis plus de 25 intervenants autour de 5 panels et une nouvelle forme innovante et créative de participation, dénommée « 5 minutes pour convaincre ».

Le secteur privé a démontré son intérêt sur les projets structurants des différents secteurs de développement du Tchad. Nous émettons le souhait qu’ils ont eu les opportunités de rencontrer les interlocuteurs adéquats à travers les différents stands présents, notamment les membres du gouvernement du Tchad, les entreprises nationales publiques et privées tchadiennes qui nous ont accompagnés et qui ont toute leur place dans cet important événement.

Nous savons que les investisseurs ont compris que le Tchad est un vrai potentiel de croissance à travers ses entreprises et ils sont prêts à franchir les étapes en venant massivement investir au Tchad.

La deuxième journée intitulée Table Ronde sur le financement du PND 2017-2021 s’est réalisée avec la présence de S.E. Mr le Président de la République Islamique de Mauritanie, S.E. Mr le Premier Ministre de la République Française, S.E. Mr le Président de la Commission de l’Union Africaine, leurs Excellences Mesdames les Ministres du Plan de la République du Niger et de la République de Guinée Conakry, Monsieur le Ministre de l’Economie du Royaume du Maroc, Madame La Représentante du gouvernement de la République Populaire de Chine, Monsieur le Ministre d’Etat, Représentant les Emirats Arabe-Unis ; Mr le Ministre Algérien des Affaires Etrangères ; tous, représentants leurs Présidents respectifs.

Nous avons également eu le concours des Partenaires Techniques et Financiers représentés notamment par le PNUD, la Banque Mondiale, la BAD, la BDEAC, la BID, l’Union Européenne, le FMI, la SFI, la BADEA, l’USAID, l’OIF, la CEA, la CEEAC, et la France.

A tous merci !

Cette présence est la démonstration du soutien indéfectible au Tchad et de sa volonté de mettre en œuvre le PND pour surmonter cette difficile période de crise.

En tout, avec plus de 600 participants, la Table Ronde a réunit plus de 50 intervenants, autour de 7 sessions de discussions et d’échanges.

Cet exercice classique et traditionnel de mobilisation de ressources est toute fois exceptionnel pour le Tchad au titre des intentions d’investissement atteint.

Au titre des Partenaires Techniques et Financiers, les annonces ont atteint un montant global de six milliards neuf cent soixante deux millions de dollars américains soit trois mille huit cent quarante neuf milliards huit cent quarante vingt huit millions mille FFCFA

Au titre du secteur privé, les intentions d’investissement s’élèvent à treize millions cent soixante dix neuf mille neuf cent dollars américains (13.179.900 USD), soit sept mille milliards neuf cent sept million neuf cent quarante mille de FCFA (7.907.940.000 FFCFA)

Merci, le Tchad vous remercie !

Notre vision et notre volonté du « Tchad que nous voulons » est une réalité grâce à vous !

Cette Table Ronde est une opportunité pour la mise en place d’un mécanisme efficace de suivi et d’évaluation et de circulation de l’information sur la mise en œuvre du PND ;

Cette Table Ronde a été une opportunité pour le Tchad d’améliorer ses propres mécanises de gestion, de gouvernance et de reformes en cours;

La Table Ronde tenue à Paris a été une opportunité pour renforcer l’appui des partenaires techniques et financiers qui ont pour souci le développement du Tchad ;

Le Table Ronde a été finalement une opportunité de s’adresser à toute la population tchadienne représentée ici par ses ministres, sa société civile, ses syndicats, ses travailleurs, sa jeunesse, ses femmes, a ses régions, sa diaspora, ses populations vulnérables, ses refugiés et déplacés

Pour conclure, nous sommes convaincus que les intentions manifestées par les investisseurs prives et les partenaires techniques et financiers au cours de ces trois jours d’échanges discussions se concrétiseront en actions concrètes pour le bien être des populations tchadiennes.

SEM le Président de la République, Chef de l’Etat, sous le haut patronat duquel cet événement s’est déroulé, a insisté sur la fluidité ou l’allègement des procédures des bailleurs de fonds dans les décaissements de leurs annonces et les a assuré de la transparence dans la gestion de ces ressources à tous les niveaux que l’administration tchadienne sera à la hauteur dans la bonne exécution.

Aussi a-t-il relevé le mauvais mode de recrutement des Coordonnateurs de projets et programmes de développement qui a prévalu jusqu’à là avec des problèmes de gestion fiduciaire. Enfin, il a informé les partenaires au développement de la mise en œuvre d’un nouveau dispositif viable envisagé et a responsabilisé les Ministres concernés d’être leurs interlocuteurs.

Je vous remercie

 

Tchadanthropus-tribune

Plan national du developpement du Tchad: «Les résultats vont au-delà de nos attentes»

 

Le Tchad a fait plus que carton plein au bout de trois jours d’une opération séduction auprès des investisseurs internationaux à Paris. Le gouvernement tchadien a annoncé hier soir avoir obtenu 20 milliards de dollars de promesses d’investissements, soit 10 897 milliards de francs CFA. C’est trois fois plus que ce qu’il espérait. Notre invité ce matin a été la cheville ouvrière du Plan national d’investissement 2017-2021. Interrogé par Stanislas Ndayishimiye, le ministre tchadien de l’Economie et de la Planification du développement, Nguéto Tiraïna Yambaye, ne cache pas sa satisfaction.

Nguéto Tiraïna Yambaye: Mon sentiment, en tant que ministre en charge d’organiser ce grand événement, est un sentiment de fierté parce que les résultats que nous avons obtenus, pendant les trois jours, vont très loin au-delà de nos attentes. Nous avons élaboré un plan national de développement qui tient compte de la capacité d’endettement du gouvernement. Nous avons inversé la tendance pour que 65 % de ce coût revienne au secteur privé. Je crois que nous avons gagné le pari.

Aujourd’hui, le nouveau paradigme veut que ce soit le secteur privé qui soit le secteur porteur de croissance et de l’emploi. Nous avons réussi. Etant donné que l’économie tchadienne est une économie sous-financée, il y a donc assez de place pour tout le monde pour venir investir au Tchad. Le gouvernement, dans sa nouvelle politique de réforme structurelle et institutionnelle, a décidé de contribuer à ce que l’économie soit réellement financée, en tenant compte des objectifs du développement durable et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine qui encourage les pays à renforcer la transformation structurelle des économies.

RFI : Vingt milliards de dollars, cela veut dire, en fait, plus de 10 000 milliards de Francs CFA. Qu’est-ce qui explique ce succès ?

Ce succès s’explique par la crédibilité des documents, étant entendu que ce travail a été fait par l’implication de tous les acteurs du développement du Tchad – de la base jusqu’au sommet – et la participation de tous les partenaires techniques et financiers du Tchad. Le document est donc de grande qualité. Le dispositif de suivi et évaluation de la mise en œuvre de ce plan est là de façon multipartenaire et multipartite.

Cela signifie aussi une attractivité que le Tchad a montrée. Qu’est-ce qui explique cette attractivité et pourquoi ne s’était-elle pas manifestée jusqu’ici ?

Oui. Il faut reconnaitre que nous avons eu, par le passé, un déficit en matière de communication internationale pour faire connaître les bonnes choses qui se passent dans notre pays. Le Tchad, c’est une nouvelle destination des investisseurs en Afrique parce que les conditions sont réunies pour cette Afrique en miniature qui regorge de beaucoup de potentialités. Aujourd’hui, le gouvernement a choisi de communiquer davantage pour convaincre. Venez donc investir au Tchad, venez découvrir ce pays. Les pôles de croissance et des opportunités d’emploi sont énormes. Partant de l’agriculture ou encore de l’élevage, nous avons plus de 100 millions de bétail. Partant du tourisme, le Tchad a toutes les caractéristiques de l’Afrique. Partant des mines, des opportunités d’investissement qui existent et étant donné aussi que l’économie tchadienne est une économie qui n’est pas encore saturée, sous-financée, la rentabilité est, par conséquent, plus élevée au Tchad qu’ailleurs.

Etes-vous certain que les fonds annoncés vont être débloqués ?

Le résultat d’une table ronde se connaît avant la table ronde. Aussi, nous avons fait un plaidoyer, nous avons signé beaucoup d’engagements, de conventions et d’accords avec ces partenaires avant de venir à Paris.

Le président Idriss Déby a parlé du précédent plan 2013-2015 disant que les fonds qui avaient été annoncés n’ont pas été débloqués. Ne craignez-vous pas une réédition de cette expérience-là ?

Non. La conception de ces deux travaux est différente. Complètement différente. Nos approches dans la conception de la démarche ne sont pas les mêmes. Nous avons tiré les leçons du passé. C’est pour cela qu’avant de venir à Paris, 80 % des annonces ont déjà fait l’objet des MOU dans des mémorandums d’entente et délais d’intention, de la part des investisseurs.

Ce qui garantit le déblocage des fonds annoncés ?

Absolument, parce que ce ne sont pas des paroles en l’air. En ce qui concerne les privés, ces chiffres, en fait, ne sont pas encore clôturés. Les privés ont obtenu un peu plus de 13 milliards de dollars et la part du gouvernement, c’est un peu plus de 7 milliards.

7 milliards de dollars… Vous avez entendu le scepticisme de certains membres de la société civile tchadienne sur la gestion de cette manne. Que leur répondez-vous?

Dans un pays, on ose faire confiance. Nous sommes citoyens d’un même pays. Nous devons d’abord nous faire confiance. Ensuite, il doit y avoir un minimum sur lequel tous les Tchadiens doivent s’entendre. Je me dis que si on ne s’entend pas sur le plan de développement auquel tout le monde a participé, ni sur l’organisation de la table ronde, je ne sais pas quel sera le dénominateur commun sur lequel les Tchadiens vont s’entendre.

C’est un forum essentiellement économique et de financement du développement. Je crois que nous n’avons pas besoin de tergiverser, du moment où, dans le document lui-même, le dispositif de suivi et d’évaluation implique largement le privé, la société civile, les partenaires techniques et le gouvernement qui est, dans ce dispositif, minoritaire. Donc, je pense que la transparence est là ainsi que la volonté affichée du président de la République de vouloir que ce PND soit une réussite et que sa mise en œuvre ait de l’impact sur la vie de la population. Aujourd’hui, toutes les facilités existent pour que le secteur privé – international et national – s’épanouisse.

RFI

1828 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article