Une dizaine d’agents présents dans la cour brandissaient des papiers sur lesquels étaient écrits, au stylo bleu ou noir : “ONDR ou PNSA payer nos arriérés de salaires”. Selon des informations confirmées par nos confrères d’Alwihda info et nos correspondants à N’Djamena, la cellule syndicale ONDR/PNSA a organisé, ce vendredi 5 mai 2017, dans la cour du Ministère de la Production, de l’Irrigation et des Equipements Agricoles, un sitting pour réclamer le paiement de 13 mois d’arriérés de salaire de conseillers agricoles, sous financement du Programme Nationale de la Sécurité Alimentaire (PNSA) et de 11 contractuels de l’Office National de Développement Rural (ONDR). 
Une dizaine d’agents présents dans la cour brandissaient des papiers sur lesquels étaient écrits, au stylo bleu ou noir : “ONDR ou PNSA payer nos arriérés de salaires”. Deux de leurs représentants, de retour, du bureau du secrétaire général ont transmis fidèlement leur compte rendu à leurs collègues et promettent d’attendre le retour du ministre au bureau pour le rencontrer. 

Le délégué principal de la cellule syndicale, M. Bagao Ndikwe Badinga a indiqué que ses collègues sont exaspérés d’accumuler 13 mois d’arriérés pour les uns et 11 mois pour les autres, sans aucune volonté de leur trouver une solution, qui ne leur soit affichée par le ministère, pour décanter la situation difficile dans laquelle il se trouve actuellement. 

« Vous traversez toute la saison des pluies au moment où vous devriez avoir de l’énergie pour travailler, on vous prive de votre salaire sans raison quelconque. C’est sidérant. Lorsqu’on apprend que les gens sont entrain de s’arranger pour faire le lancement officiel de la campagne agricole pendant que les principaux acteurs sont privés de leur salaire, comment vont-ils procéder au lancement de la campagne ? Qu’on prenne en compte l’aspect crise actuelle que nous traversons. Cette crise ne peut trouver de solution lorsqu’on réveille l’agriculture », estime le délégué principal de la cellule syndicale, M. Bagao Ndikwe Badinga. 

Pour le ministre de la Production, de l’Irrigation et des Equipements Agricoles, M. Gamar Assileck, son département entreprend des démarches pour régulariser la situation de ses agents. « Je suis entrain de courir de gauche à droite pour essayer de trouver une solution. Je suis en passe de la trouver. Nous allons commencer le lancement de la campagne agricole bientôt. Je veux m’appuyer sur eux pour faire le travail qui m’est demandé en tant que chef de département. Des sittings, ils n’en ont pas besoin. Le fait qu’ils ne soient pas disponibles pour moi c’est déjà un problème », rapporte le ministre de la Production, de l’Irrigation et des Equipements Agricoles M. Gamar Assileck. 

Au total, 900 agents sont directement concernés par cette situation d’arriérés de salaires. A l’approche de la saison des pluies, ces agents sont chargés de l’encadrement du monde rural.

Tchadanthropus-tribune

1561 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article