Décidément le ministre de la terre, du ciel, de l’air, et de l’oxygène confond vitesse et précipitation.

Mahamat Abali Salah hier dans le lard des carrefours de certains amis confond république et anarchie. Il utilise des méthodes non orthodoxes pour faire régner sa loi dans cette nouvelle 4e république taillée à sa mesure. Idriss Déby lui cède tout c’est vrai, et lui se voit en gladiateur des lieux.

Du ministère de la Sécurité au ministère de la Défense nationale, ses amis et ses courtisans l’appellent déjà Mr le vice-président. Son strapontin lui lègue l’effigie de l’héritier naturel d’un système dans lequel il s’y est embarqué des bouts des doigts.

Celui qui se fait appeler vice-président de la république, héritier naturel de Deby, et futur PR par ses courtisans ne respecte aucune déontologie administrative pour faire passer ses humeurs les plus folles.

Promoteur du népotisme, avec une arrogance inouïe, l’homme ne va pas par quatre chemins pour pistonner ceux qui lui reste de proches, car la majorité des Toubous sont en rupture de ban contre lui depuis ses interventions au Tibesti. Plusieurs de ses proches recrutés à la police et à la garde nationale et nomades sont des analphabètes qu’il a fait venir fraîchement de la bergerie.

Selon nos sources qui ne souffrent d’aucune ambiguïté, à la date du 10 juillet 2019, il a fait venir dans sa résidence privée à 2 h du matin, le directeur général adjoint de la police nationale afin de préparer le recrutement de plus de 400 personnes issues du monde rural dans le corps de la police nationale. Le document concernant ces recrutements est déjà dans le circuit et se trouverait dans les tuyaux à la présidence de la république pour validation.

 

Plusieurs autres questions se posent :

1) Pourquoi le directeur titulaire de la police nationale n’est pas informé ?

2) Pourquoi Abali Salah recrute toujours ses parents analphabètes alors que le Tchad compte plus de 200 ethnies ?

3) Pourquoi ne pas passer par un concours pour ainsi donner une petite chance aux autres tchadiens qui ne savent pas à quel saint se vouer ?

4) Pourquoi faire venir un cadre supérieur de la police à 2 h du matin chez soi pour travailler sur un dossier qui paraît très important ?

Il est temps qu’Idriss Deby Itno rappelle à l’ordre son tonitruant et baveux Abali Salah, sinon Déby constatera par-devers lui la colère des Tchadiens et une dérive plus grave.

L’histoire retiendra que nous avons tiré la sonnette d’alarme en son temps.

Correspondance particulière.

Tchadanthropus-tribune

1648 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article