Cette fois-ci la conversation serait entre un chef rebelle Toubou qui répondrait au nom de Mahmoud Salah et Timan Erdimi, le président de l’UFR établi à Doha au Qatar.

Quand et à quel moment cette conversation a eu lieu ? Seuls les deux interlocuteurs doivent le savoir. 

Plusieurs interrogations se posent dès à présent, comment et de quelle manière une conversation entre deux personnes se trouve sur la place publique ? À bien réfléchir, ce n’est pas le président de l’UFR qui fuiterait ses propres conversations, cela ne peut advenir que de ce chef rebelle Toubou. Nous ne pensons pas que les services d’écoutes du Tchad pourront écouter les conversations au Niger, cela créerait un incident diplomatique grave. Il faut poser la question à ce chef rebelle nigérien pourquoi il a vendu les conversations qu’il a eues en privé avec un autre chef rebelle, et pour quel but ?

Dans le précédent audio entre le président de l’UFR sollicitant l’aide des paramilitaires Wagner pour chasser le CMT et la France du Tchad, et le conseiller du président centrafricain Archange Touadera, on présent clairement le piège tendu par ce conseiller pour faire parler Timan Erdimi quel qu’en soient les relations de confiance auparavant entre les deux hommes. D’ailleurs, dans ce cas précis, la famille de ce conseiller est toute mise aux arrêts à Bangui, et lui-même serait en fuite vers le Tchad.

Toutefois, ce qui se passe est sans précédent, et à la lumière de ce qui précède le dialogue intertchadien aura encore un long chemin devant lui.

Tchadanthropus-tribune

1489 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire