C’est un jeu très dangereux que se livrent ces derniers temps les leaders politiques tchadiens qui utilisent sans vergogne des relents soupçonnés de division nord-sud.

Au-delà de ce que les uns affirment ça et là, l’injustice, les problèmes agriculteurs/éleveurs, la mauvaise gouvernance, les mauvaises répartitions des richesses, bref tous ces maux existent dans l’ensemble du territoire national et nulle région ne fais cas à part. Vouloir saucissonner les problèmes et les identifier à une région spécifique est un faux problème et un mauvais procès.

Depuis quelques mois, au-delà des commentaires singuliers, qui souvent sur un point de colère, nous ramènent la division du Tchad en en nord et sud, même si cela est pris sur un point de colère, cela commence par agacer.

Mais ce qui est énervant, c’est l’exploitation vicieuse qu’en font les politiques de l’opposition. À chaque fois qu’un leader est invité sur une radio, Télé ou un direct réseaux sociaux, les mêmes termes reviennent comme pour menacer le conscient de certains. Il ne faut pas trop rêver. Il y a des régions au Tchad qui sont encore plus lésées que les exemples que l’on veut nous servir, ou ce que l’ont veut nous faire croire.

Attention aux relents de division du pays.

Bien avant l’audio de Mr Kebzabo qui circule sur la toile, certains leaders politiques s’amusent à nous servir des bribes de mots tendant à la division du pays. Faites la politique s’il vous plait, mais ne divisez pas les Tchadiens.

Dans une explication audio que le député Saleh Kebzabo, président de l’UNDR avait tenu avec les ressortissants de sa région, on y trouve des termes qui frisent avec ces relents qui risquent de pousser la population à la division. Vouloir protéger des citoyens contre des bandits est une chose, sensibiliser une jeunesse à la protection des biens et des personnes est aussi bien, mais faire le stigmate indexé sur des nordistes comme si ce n’est pas les citoyens d’un même pays, là ce n’est pas bien. Tous les nordistes ne se reconnaissent pas sur les exactions barbares que posent certaines personnes en manque d’éducation.

Le Tchad ne suivra pas le cas du Soudan, que cela soit dit. Nous vivrons tous ensemble en essayant de trouver des solutions ensemble. Ce n’est pas en prônant des divisions, ou encore attiser la braise de cette manière qu’on pourra faire un Tchad commun. Au-delà de Mr Kebzabo, cela est valable pour tout tchadien du nord au sud et de l’est à l’ouest.

Arrêtons l’injustice qui est l’un des premiers facteurs de frustration. Que l’on fasse travailler pour le changement afin que notre pays puisse prospérer autrement. Mais de grâce, pas de division.

Tchadanthropus-tribune

2040 Vues

  • Très bonne réflexion, valable aussi bien pour les nordistes défenseur acharnés du Nord que pour les sudistes défenseurs acharnés du Sud et qui réduisent en minorité les voix des autres tchadiens, comme s’il n’y a qu’au TCHAD où il y a le Nord et le Sud. Le Tchadien n’a besoin que des hommes intègres moralement, ayant un sens du patriotisme élevé pour gérer ce pays dans LA JUSTICE.

    Commentaire par Annourh OUMAR AFFANDY le 24 décembre 2020 à 10 h 49 min