Idriss Déby Itno a confié les rênes de son cabinet à l’un de ses fils, Abdelkerim, âgé de moins de trente ans, et à un ex-ministre quadragénaire, Aziz Mahamat Saleh. Voici les raisons qui ont motivé son choix.

Nommé le 22 juillet directeur du cabinet civil du président Idriss Déby Itno (IDI), lequel n’était pas encore maréchal, Aziz Mahamat Saleh se fait discret. Selon nos sources, celui qui fut successivement ministre de l’Économie et de la Santé – deux expériences non négligeables en cette période de pandémie – est toutefois devenu un des principaux atouts du chef de l’État en matière de politique intérieure.

 

À LIRE Vareuse, casquette et sabre : les nouvelles tenues très codifiées du maréchal Idriss Déby Itno

Aziz Mahamat Saleh connaît parfaitement les rouages du Mouvement patriotique du salut (MPS, au pouvoir). Il en a été le numéro deux jusqu’à sa suspension en février par le secrétaire général, Mahamat Zen Bada. Selon nos informations, les deux hommes, qui s’étaient opposés à propos de plusieurs nominations au sein du MPS, sont en conflit ouvert.

Un « quadra » au palais rose…

Cela n’a pas empêché Aziz Mahamat Saleh de faire jouer ses réseaux et de conserver la confiance d’IDI. Proche des milieux d’affaires du Batha, sa région natale, dont il est le principal représentant, il a été pendant cinq ans (de 2004 à 2009) un cadre du ministère des Finances. Il a notamment officié en tant que directeur de la dette lorsque Abbas Mahamat Tolli, l’actuel gouverneur de la BEAC, était ministre.

Ce diplômé en droit de l’économie internationale et des affaires de l’université Paris-Descartes est également un intime de l’ancien ministre de l’Éducation Ahmat Khazali Mahamat Acyl, frère de la Première dame, Hinda Déby Itno. Cet ex-directeur général de la Société des hydrocarbures du Tchad est l’actuel président du conseil d’administration de la Commercial Bank Tchad (CBT).

 

À LIRE Tchad : comment Déby Itno mise sur l’or du Tibesti

Aziz Mahamat Saleh est également proche de Hassan Sylla, ancien ministre de la Communication et ex-président du conseil d’administration de l’Agence nationale des titres sécurisés, et de Abba Djida Mamar, député du MPS.

Ancien gouverneur du Chari-Baguirmi et du Moyen-Chari, ce quadragénaire fait contrepoids aux caciques plus âgés de la politique tchadienne, tout en bénéficiant d’un solide carnet d’adresses chez ces derniers.

Fils de Mahamat Saleh Ahmat Tibek (ancien ambassadeur aux États-Unis, plusieurs fois ministre et ex-conseiller d’IDI, décédé en 2017), il a été directeur de cabinet adjoint puis conseiller économique d’Emmanuel Nadingar à la primature. Il a ensuite conseillé le Premier ministre Kalzeubé Pahimi Deubet, qu’il a retrouvé au palais présidentiel, où celui-ci occupe actuellement le poste de secrétaire général de la présidence.

… et un fils Déby Itno pour la diplomatie

Au sein du cabinet du président, Aziz Mahamat Saleh travaille aux côtés d’Abkelkerim Idriss Déby, qui est officiellement son numéro deux. Ce fils du chef de l’État, qui n’a pas encore trente ans, a en effet été nommé en juillet 2019 directeur de cabinet adjoint, aux côtés du « dircab » de l’époque, le technocrate Abdoulaye Sabre Fadoul, ancien ministre des Finances et de la Santé.

Il fait aujourd’hui figure de pilier auprès de son père, lequel a tenu à l’associer à un homme rompu aux rouages de la politique intérieure.

Selon nos sources, c’est à Abdelkerim qu’IDI confie une partie de ses dossiers sensibles sur le plan des affaires et de la diplomatie. Le « dircab » adjoint est ainsi l’ordonnateur du rapprochement du Tchad avec Israël – sur lequel il travaillait initialement avec l’homme d’affaires Philippe Hababou Solomon.

À LIRE Tchad-Israël : les dessous du rapprochement entre Idriss Déby Itno et Benyamin Netanyahou

Proche des milieux d’affaires et ancien chargé des affaires militaires au ministère des Affaires étrangères, il a aussi pris part ces deux dernières années à des missions à Moscou (où il s’était entretenu avec le ministre adjoint des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov), à Paris, ou encore au Nigeria, où il a eu une entrevue en janvier dernier avec le président Muhammadu Buhari.

Tchadanthropus-tribune avec Jeune Afrique

1219 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article