Ce 31 octobre 2023, un accord de principe a été signé entre le gouvernement de transition et le parti des transformateurs sous l’égide de la CEEAC à travers le facilitateur désigné dans la crise tchadienne, le président de la RDC Félix Antoine Tshisekedi.

Le communiqué signé stipule un accord de principe pour le retour du président du parti politique « les transformateurs » représenté par son président Succès Masra, et de tous ceux qui avaient eu à quitter le territoire tchadien, à la suite des événements malheureux du 20 octobre 2022.

La mission de facilitation de la CEEAC pour le processus de transition au Tchad compte sur la bonne foi des parties à cet accord pour sa mise en œuvre effective.

Retenons bien l’avant-dernier paragraphe du communiqué «la bonne foi». Comme pour indiquer un indice d’alerte sur celui qui débordera du lit où doit couler la paix. Une paix se conjugue dans les faits, les actes, et les verbes de part et d’autre, et à travers la réaction des militants et sympathisants. Le réservoir des insultes et les manigances de quolibets doivent s’estomper pour laisser place à de vrais pourparlers afin d’arriver au point escompté.

Dans ce processus, beaucoup n’aime pas voir ce pays embrasser la paix et le vivre ensemble. Il y aura des oiseaux de mauvais augure transformés en analystes, marigots, et éditorialistes de malédiction, qui vont commencer à tancer d’abord Succès Masra, comme s’il venait à s’aliéner au diable, parce que le simple faciès d’un Mahamat Idriss Deby ne plaît pas.

Qu’on s’en déjuge, Mahamat Idriss Deby est le président de transition au Tchad, et quoi que l’on veuille dire, c’est lui et son gouvernement qui rythmeront le tempo. La main tendue est évidente, raisonnable, logique, mais pas faible face à l’adversité.

Ce Tchad doit être reconstruit avec toutes les intelligences de ses fils, mais dans l’unité, la justice sociale, le vrai travail et l’amour de la patrie.

Félicitation aux deux ministres de la Réconciliation nationale (Abderaman Koulamallah) et au ministre de la Communication (Aziz Mahamat Saleh Tibek) d’avoir mené cette mission à bien sur les instructions du président de transition Mahamat Idriss Deby. Si cet accord est advenu, c’est d’abord la volonté du gouvernement de transition et son président qui ont voulu apaiser la situation.

Un accord de principe est signé, demain sera un autre jour, mais le Tchad restera un, et indivisible. D’Aouzou à Mbaibokoum, de Rig-Rig à Tiné, ou Adré, un seul Tchad.

Tchadanthropus-tribune

800 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire