Pahimi Kalzebeut l’a appris à ses dépens. Ses copains de la veille lui ont tiré le tapis sous les pieds. Cette expérience démontre à quiconque qu’il faut réfléchir par deux fois avant d’exécuter des décisions de sa hiérarchie.

Le confinement total de la ville de N’Djamena tombe mal, car il est décrié par la population et la majorité des politiques (majorité, opposition, et société civile). Une décision brutale sans aucune mesure d’accompagnement, et qui ne donne aucune solution à l’ensemble de la population avertie dans un espace trop exigu.

La colère de la population à la désobéissance de cette décision est montée jusqu’à Amdjaress. Par peur d’un soulèvement spontané Idriss Déby rappelle un des membres du gouvernement pour corriger le tir, pour contenir la colère déversée sur les réseaux sociaux par le bas peuple qui s’exprime ouvertement sur le décret de confinement. Dès le lendemain le ministre de la Santé Abdoulaye Sabre Fadoul et son secrétaire d’État Djiddi Ali Sougoudi montent au créneau pour éteindre l’incendie. Pahimi Kalzebeut est isolé et sacrifié, portant tout seuls les stigmates des quolibets populaires.

La phrase de la semaine ‘Confiner N’Djamena, ce n’est pas confiner sa population ‘.

Pourtant l’annonce du ministre secrétaire général à la présidence de concert avec ses collègues, Abdoulaye Sabre Fadoul, Aziz Mahamat Saleh, et Djimet Arabi, est très claire.

Samedi dernier, le ministre d’État, ministre secrétaire général de la Présidence de la République, Kalzebeut Payimi Deubet, a informé qu’il s’agit ‘d’un confinement total de la ville de N’Djamena’. Il a ajouté que ‘personne ne doit sortir de chez lui à l’exception de ceux qui travaillent dans les services et exercent les activités’ citées dans le décret.  

De son côté, le secrétaire d’État à la santé recadre les esprits ‘Cons ‘par ces termes ‘

Il faut juste savoir faire le moins de cons possible et en voici : confiner la ville de N’Djamena c’est le confiner par rapport aux autres villes. La population N’Djamenoise est soumise juste à une rigueur dans le respect des mesures de port de masque, de distanciation et d’éviter des attroupements. Compris ou non ?’.

Une sortie qui fait jaser la blogosphère qui affirme être prise de haut avec arrogance. ‘Un ministre doit savoir se comporter. Que Djiddi sache faire la différence entre son rôle de ministre et ses sorties jadis sur Facebook ‘laisse dire un compatriote dans ses commentaires.

Les propos du secrétaire d’État font suite à la clarification du gouvernement. Le ministre de la Santé publique et de la Solidarité nationale, Abdoulaye Sabre Fadoul, a apporté hier des clarifications sur le décret n° 2585 du 31 décembre 2020, après 48 heures de confusion et de mécontentements au sein de la population. Pour le ministre de la Santé publique, ‘nulle part dans ce décret il n’est question de confinement de la population de N’Djamena’. Selon Dr Abdoulaye Sabre Fadoul, ‘certaines affirmations ne cadrent pas avec le contenu de ce décret. De ma compréhension et selon les termes clairs de ce décret, il s’agit d’un confinement de la ville de N’Djamena, c’est-à-dire son isolement par rapport aux liaisons avec les autres provinces’.  

Un recadrage qui effectivement met du bémol sur un sentiment populaire général de mécontentement, mais est-ce juste ça le problème ? 

Tchadanthropus-tribune

1241 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article