L’encerclement des forces vives de l’opposition, de la société civile et des présidents des organisations de droit de l’homme continue de plus belle. Joints au téléphone, plusieurs leaders de l’opposition affirment qu’ils sont en danger, car leur domicile et les sièges de leurs partis politiques sont toujours encerclés par la police envoyée par le régime d’Idriss Déby. Une façon anti démocratique qu’affectionne le dictateur tchadien.

Depuis quelques jours, des éléments de la police nationale encerclent les sièges des partis politiques et des organisations de la société civile pour empêcher la tenue des rencontres.

Le président national du parti UDP, Max Kemkoye dont le siège de son parti situé au quartier Moursal dans le 6e arrondissement est encerclé par la police depuis 3 jours, déplore dit-il ce comportement. Il explique que le régime en place qui a tout perdu veut tout simplement les intimider.

Pour Max Kemkoye, le régime MPS a comme mode de gouvernement : la prison, la terreur et la manipulation, mais cette fois-ci dit il l’opposition ne va pas céder face à l’arbitraire.

Les éléments du groupement mobile de la police (GMIP) encerclent le siège de la ligue tchadienne de droits de l’homme.

C’est à bord des véhicules qu’ils ont encerclés lundi après-midi le siège de la ligue tchadienne des droits de l’homme pendant que le président de la ligue tchadienne des droits. Maitre Max Loalngar tenait une réunion ordinaire dans les locaux de ladite association.

Après avoir soumis le vigile à un interrogatoire musclé, les éléments de la police, GMIP dont certains portaient de cagoule, accompagnés de quelques hommes en civile ont fait irruption dans la salle de réunion.

À l’entrée de ces hommes dans la salle de réunion, le président de la Ligue tchadienne des Droits de l’Homme, Me Max Loalngar s’est levé aussitôt, mais ils lui ont demandé de s’assoir et de continuer la réunion en leur présence.

Le Président de la Ligue tchadienne des Droits, Me Max Loalngar a qualifié ce comportement des policiers d’une honte pour la République. Selon lui, la Ligue tchadienne des Droits de l’Homme multipliera les réunions dans ses locaux dans les prochains jours quoiqu’il advienne.

Tchadanthropus-tribune

226 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article