« LA GRANDE FARCE DU DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF : TOUT A DÉJA ETE PRÉPARÉ EN AMONT, LES RAPPORTS DÉJA REDIGÉS SUR TOUS LES THÈMES. (VOIR DOCUMENTS). »

Les manœuvres, manipulations continuent au Tchad où la tutelle française a placé ses hommes et canalise tout selon son schéma. Où va le Tchad ? Une chose est sûre, une grande manipulation médiatique mais aussi politique se déroule avec la complicité du gouvernement, de ses alliés, de ceux qu’on a récupérés pour collaborer activement au maintien du système Deby.

Comme vous pouvez le constater. La volonté de réunir les Tchadiens pour qu’ils s’expriment autour d’un dialogue National inclusif, démarche qui voulait faire croire que personne n’était exclu, se révèle finalement être que de la poudre aux yeux. Leur stratégie était d’occuper l’espace médiatique, de parler, de dire des choses pour la consommation médiatique mais dans les faits, tout est déjà bouclé.

Comme chacun peut le constater, des équipes ont travaillé, rédigé des rapports sur les thèmes qu’ils ont choisis, eux-mêmes, afin que tout soit verrouillé et que rien ne change.

Pour conforter cette remarque, soulignons que, dans le texte de propositions à Doha du gouvernement, une disposition demandait aux politico- militaires « d’envoyer leurs conclusions et contributions au Comité de gestion du DNI, après signature de l’accord. » Autrement dit, il ne s’agit pas de venir les exprimer directement dans la salle mais de les envoyer pour qu’elles soient contrecarrées. Aujourd’hui, avec la publication des rapports déjà rédigés par les fourmis de la tutelle, la messe est dite. Le DNI est une grande farce chargé de préparer le terrain pour prolonger la transition pour une durée de 5 ans avec le PCMT à la tête.

Qui a pu croire aux négociations de Doha ? Qui pouvait croire que ceux qui ont mis le pays à genoux, sont devenus des multimilliardaires dans un océan de misère et de pauvreté, allaient accepter que cesse ce système de prédations avec tout ce qu’ils tirent des niches de corruption, de faux dossiers permettant le pillage organisé du pays ?

Nous avons déjà mis en évidence que tout à Doha était à l’envers, incohérent. Quelques remarques :

Les négociations à Doha ont été placées sous le management des responsables du Renseignement du Tchad, de la France et du Qatar. En principe, les hommes du renseignement sont des hommes de l’ombre, mais comme au Tchad, rien ne se passe selon les normes ; il n’est donc pas étonnant que tout soit manipulation et que les politico-militaires soient tombés dans un piège.

On découvre que, pendant un mois, chaque groupe rédigeait ses doléances. Puis, les a envoyés au Médiateur. Le gouvernement a présenté ses propositions sans tenir compte de ce qui a été déjà envoyé par les groupes en médiation. Ainsi donc, on a 4 documents parallèles. Étonnante méthode de travail. Le temps a coulé tranquillement, puisqu’autre bizarrerie, il n’y a pas de deadline pour la fin des négociations. La date du dialogue se rapproche et comme le gouvernement ou plutôt la tutelle française et ses équipes ont déjà rédigé tous les rapports selon les thèmes, il faut accélérer et mettre la pression sur les politico-militaires qui ont été placés dans une cage dorée, neutralisés, divisés, manipulés et surtout, le plus important, ils sont sous contrôle.

La manipulation a bien réussi car l’ensemble des politico-militaires se sont retrouvés ensemble dans un lieu, coupé de toute possibilité d’agir, qu’en violation de l’esprit de réconciliation et de paix, leurs hommes sur le terrain sont approchés, des propositions leur sont faites par le gouvernement.

Aujourd’hui, on note bien le tâtonnement, l’absence de réactions claires et surtout les hésitations par rapport à la prise de décisions face à un piège évident qui s’est refermé sur eux.

Quelle était la hantise du CMT et de sa tutelle française au lendemain de la mort d’Idriss Deby ? La peur des français était de voir une autre offensive armée être déclenchée au Tchad, ou bien, le pire cauchemar était de voir un appui des rebelles par les Russes de Wagner.

Pourquoi c’était un péril pour eux ? Parce que le CMT ne pouvait en aucun cas faire face à une autre offensive bien organisée, lui qui est déchiré de tensions multiples. Alors, pour parer à ce péril, on fit sonner les trompettes de la paix, de la réconciliation, de l’émergence d’un nouveau Tchad en devenir. On a mit en branle un processus ; poussant les activistes qui ont toujours été, sous la coupe de la tutelle, à se mettre en rang pour envahir la piste de danse pour ouvrir le bal de la paix. Ensuite, on ratissa large pour prendre tous ceux qui pouvaient constituer une menace, même insignifiante, pour éviter des surprises, on les rassembla bien loin aux frais d’un médiateur assez spécial, le Qatar. Aujourd’hui, ils sont bien loin de leur base, sous contrôle. Alors qu’ils auraient pu agir, les voilà phagocytés dans un processus de soi-disant paix, qui est en fait une grande farce. Et à qui profite avant tout cette mise sous cloche ?

Les manœuvres ont été nombreuses et les politico-militaires n’ont pas pu les déjouer.

Enfin, on aura noté le glissement d’un Pré-dialogue à un Accord définitif demandé par le gouvernement. Le format des négociations peut ainsi changer selon leur bon vouloir. On marche vraiment sur la tête. Finalement, le gouvernement qui est à la manœuvre, dévoile son jeu, petit à petit.

Le Médiateur, très discret, rend service à la France et aux autorités tchadiennes avant tout. Il est évident que la stratégie d’endormissement et de l’usure fonctionne et le gouvernement veut ramasser les politico-militaires, ceux qu’il aura choisis, à la petite cuillère à Doha.

L’heure est grave pour les Politico -militaires qui ont pu se rendre compte pendant un mois ; que pour faire la paix, il faut avoir une vision de cette paix, il faut la construire ensemble dans la confiance avec des engagements clairs et le respect de la parole donnée. Que rien de tout cela n’existe. Alors, il faut agir, quitter ce guêpier, si cela est encore possible.

Force est de relever que les fourmis de la tutelle qui participent à maintenir le système Deby, ont « oublié » d’inscrire une question fondamentale parmi les thèmes du Dialogue National ; à savoir l’ingérence de la France, de son armée, dans les conflits tchadiens : interventions militaires, bombardements par ses mirages et jaguars. Cette ingérence multiforme, qui s’étend sur plus de cinquante ans, est sans conteste une des causes fondamentales des crises tchadiennes. La situation s’est aggravée puisque que nous observons la mise en place d’une tutelle pesante sur la destinée du pays. Si l’on veut construire un Tchad Nouveau, il faut commencer à le penser autrement.

http://zoomtchad.com/wp-content/uploads/2022/04/Rapport-D%C3%A9fintif-Corrig%C3%A9-SCT-5.pdf

http://zoomtchad.com/wp-content/uploads/2022/04/Rapport-dEtape-CODNI-ok.pdf

http://zoomtchad.com/wp-content/uploads/2022/04/RAPPORT-FINAL-CORRIGE-DU-SCT4.pdf

http://zoomtchad.com/wp-content/uploads/2022/04/RAPPORT-GROUPE-THEMATIQUE-N%C2%B01.pdf

http://zoomtchad.com/wp-content/uploads/2022/04/RAPPORT-GROUPE-THEMATIQUE-2.pdf

ZoomTchad

3530 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire