Alors que le dialogue national est influencé par les négociations avec les groupes armés, les tensions obscurcissent le processus.

Le 14 mai, des manifestations contre l’influence de la France au Tchad sont devenues violentes, blessant plusieurs policiers et causant des dégâts dans plusieurs stations-service françaises à N’Djamena, la capitale du Tchad. Wakit Tamaa, la coalition de la société civile et de l’opposition qui a appelé aux manifestations, avait organisé l’événement pour que les participants expriment leur désapprobation de l’influence militaire française dans le pays, y compris le soutien français perçu au Conseil Militaire de Transition (CMT) qui a gouverné le pays depuis avril 2021.

Bien que les manifestations provoquent une véritable frustration citoyenne face à l’influence française, elles sont également enracinées dans la frustration publique face à la lenteur de la transition politique qui a commencé lorsque le Président Idriss Déby a été tué sur le champ de bataille dans le nord du Tchad en avril 2021.

Les Conséquences de la Mort de Déby

Dans les jours qui ont suivi la mort de Déby, un groupe d’officiers militaires – dirigé par le fils de Deby, Mahamat Idriss Déby – a pris le contrôle du pays, a créé le CMT et a promulgué une charte de transition décrivant la structure de gouvernance d’une période de transition prévue de 18 mois.

Le CMT a été immédiatement considéré comme illégitime par de nombreux Tchadiens, car il n’avait pas suivi les procédures de succession définies par la Constitution après le décès du chef de l’État.

Des manifestations ont éclaté dans les premiers mois de la transition, dont certaines ont été violemment réprimées.

Le CMT a réussi à apaiser certains Tchadiens en permettant un peu plus de dissidence publique que le régime précédent et en annoncént un dialogue national inclusif. Cependant, le pays est maintenant dans 15 mois de transition avec seulement des progrès lents à montrer, ce qui entraîne une baisse de la confiance du public envers les autorités de transition.

Le Dialogue National Longuement-repoussé du Tchad

Le dialogue national est un domaine où les progrès ont été plus lents qu’initialement prévus. En août 2021, le Comité d’Organisation du Dialogue National Inclusif (CODNI) a été chargé de tenir des consultations publiques et d’émettre des recommandations sur la structure, les participants et l’ordre du jour de l’éventuel dialogue national. En parallèle, le CMT a fait des ouvertures à plusieurs groupes rebelles les plus importants du Tchad, y compris une offre d’amnistie générale pour des centaines de rebelles et de dissidents. Le CMT a également nommé l’ancien président Goukouni Weddeye pour diriger un comité technique chargé de sensibiliser les groupes rebelles et d’assurer leur participation au dialogue, un processus qui a duré plusieurs mois.

Au fil du temps, la crainte de voir le délai de 18 mois fixé pour la transition s’allonger s’est accumulé, d’autant plus que le dialogue national était censé mettre en marche une réforme constitutionnelle et un plan pour les élections, deux autres éléments essentiels de la transition.

En fin de compte, la sensibilisation des rebelles a permis d’orchestrer un pré-dialogue qui a repris le 13 mars à Doha, au Qatar, entre 52 groupes rebelles et le gouvernement tchadien. Une proportion importante de Tchadiens non armés est favorable à l’inclusion des groupes rebelles dans l’éventuel dialogue national et les futurs arrangements de gouvernance du pays, de sorte que l’annonce du pré-dialogue de Doha a été largement considérée comme une étape positif.

Cependant, le pré-dialogue a duré plusieurs mois de plus que prévu. Initialement prévu pour deux semaines, les discussions sont toujours en cours en ce 10 juillet. Un accord définitif issu du pré-dialogue devrait être rendu public dans les prochains jours, mais ce n’est pas certain.

Un accord est resté sans suite en raison des divisions entre les groupes armés eux-mêmes d’une part, et des désaccords entre les groupes armés et le CMT d’autre part, sur plusieurs questions : l’inéligibilité des dirigeants de la transition à se présenter aux futures élections ; la révision de la composition du CODNI et de son règlement ; et l’éventuelle intégration de la société civile, de l’opposition démocratique et des leaders de la rébellion dans le CMT.

D’une manière générale, la portée du pré-dialogue a également été une source de préoccupation au sein de la société civile au Tchad. Le pré-dialogue devait aboutir à un accord sur les conditions de participation des groupes armés à l’éventuel dialogue national. Cependant, les sujets évoqués se sont plus élargis pour inclure plusieurs éléments – tels que la structure du futur État et le financement du programme de désarmement, de démobilisation et de réintégration – qui, selon les citoyens, devront être résolus lors du dialogue national de N ‘Djaména.

Entre-temps, le 11 mai – deux mois après le début du pré-dialogue de Doha – le CODNI a publié ses recommandations formelles pour le dialogue national. Le document identifie les points de l’ordre du jour et propose une structure pour le dialogue, comprenant une assemblée générale, des commissions thématiques, une commission ad hoc et un présidium directeur qui comprend 15 membres élus par consensus.

Cependant, le rapport du CODNI a échoué dans le processus de sélection des participants au dialogue national. Aucune recommandation n’est faite sur les groupes qui devraient être représentés, sur le nombre de sièges qui devraient être attribués à chaque groupe et sur la manière dont les participants seront sélectionnés. Un manque de clarté dans la sélection des participants signifie probablement que le processus sera très contesté, ce qui entraînera de nouveaux retardataires dans le dialogue national et poussera peut-être la transition au-delà de son échéance initiale d’octobre 2022.

Créer un Espace pour les Voix des Citoyens

Veiller à ce que les voix des civils non armés soient entendues dans le dialogue national est une étape essentielle pour atténuer la frustration et faire avancer une véritable transition, tout comme la clarté du mandat, de l’agenda, des participants et du plan de mise en œuvre du dialogue national.

Pour faciliter cela, l’USIP s’est associé au Centre de Recherche en Anthropologie et Sciences Humaines basé à N’Djamena pour organiser des ateliers qui examinent objectivement la transition et les préparatifs du dialogue national et formulent des recommandations. Les participants à l’atelier, originaires de N’Djamena et de six autres provinces, comprenaient des dirigeants d’associations de la société civile, des associations de femmes, des associations de jeunes, des personnes handicapées, des représentants de l’ordre des avocats, des universitaires, des journalistes, des écrivains, des artistes et des personnalités culturelles.

Pendant cinq jours, le groupe a identifié les principaux défis auxquels le Tchad est confronté, notamment l’absence préjudiciable d’un système judiciaire opérationnel dans de nombreuses régions du pays. Les participants à l’atelier ont également exprimé leur frustration face à ce qu’ils perçoivent comme une tendance du gouvernement tchadien, y compris du CMT, à accorder une plus grande priorité à l’engagement et à la réponse aux demandes des groupes armés qu ‘à la prise en compte des besoins et des perspectives des civils non armés.

Concernant la transition, les participants ont souligné que pour que le dialogue réussisse, il faut un facilitateur neutre, un ordre du jour convenu et un mécanisme clair de sélection des participants. Ils ont également fait partie de leurs inquiétudes quant à la manière dont les décisions prises au cours du dialogue seraient mises en œuvre après sa conclusion. Bien que le dialogue ait été déclaré souverain par les autorités de transition tchadiennes, des doutes subsistant quant à la mise en œuvre des résultats du dialogue s’ils ne sont pas soutenus par le CMT au pouvoir.

Les Tchadiens ont fait preuve de retenue au cours des 15 premiers mois de la transition, mais la patience semble s’émousser face au CMT et à la lenteur de la transition, notamment parce que les réformes démocratiques promises pendant la transition sont nécessaires depuis longtemps par de nombreux citoyens.

Ce que la Communauté Internationale Peut Faire Les États-Unis et la communauté internationale ont certainement un rôle décisif à jouer dans la transition. Après la conclusion formelle du pré-dialogue de Doha, les États-Unis et la communauté internationale devraient encourager le gouvernement tchadien à avancer rapidement vers le dialogue national inclusif à N’Djamena, même si certains groupes armés refusent d’y participer.

Cependant, les États-Unis devaient rester impliqués dans l’intervalle. Le 1er juillet, la Chargée d’Affaires Américaine Ellen Thorburn a appelé le CMT à honorer sa promesse d’une transition la plus courte possible et à ce que les membres du CMT ne se présentent pas aux élections post-transition. L’appel a provoqué une réprimande de la part du porte-parole du Mouvement Patriotique du Salut, le parti politique associé à une grande partie de la famille Deby et à ses alliés les plus proches, mais a été soutenu par l’opposition politique et la société civile. Cet épisode a mis en évidence le scepticisme de l’opposition quant à la neutralité de la CMT.

La communauté internationale devrait également soutenir, si nécessaire, une personnalité tchadienne neutre pour servir d’intermédiaire lors d’inévitables négociations entre le gouvernement et les autres parties concernées sur la composition des participants au dialogue national. Bien que la réticence de l’Union Africaine à condamner la transition non démocratique ait provoqué la frustration des citoyens tchadiens, une forte pression de l’UA pourrait encore être efficace – à la fois pour que le gouvernement respecte le calendrier de la transition et pour que tous les condamnés à un accord sur la désignation des participants au dialogue national.

Il est également important que la communauté internationale soutienne les Tchadiens lorsqu’ils conviennent d’un plan de mise en œuvre avant le début du dialogue national inclusif, afin que les résultats du dialogue soient mis en œuvre et ne soient pas perdus pendant la période de transition, comme cela s’est produit dans d’autres dialogues nationaux. Une médiation internationale peut également être nécessaire autour de questions particulièrement épineuses du dialogue, notamment la question de savoir si les membres du CMT peuvent se présenter aux futures élections.

De plus en plus de signaux pointent vers une très probable prolongation de la durée initiale de la transition fixée à 18 mois. Il est presque illusoire de considérer que les étapes restantes du calendrier de la transition soient franchies dans les quatre mois. Un tel changement serait certainement une source de tensions. Il est donc de la plus haute importance, à l’heure actuelle, de soutenir les progrès opportuns et la participation des citoyens à la transition du Tchad, afin d’éviter une plus grande instabilité dans une région où la démocratie a vacillé au cours des deux dernières années.

Dr. Yamingué Betinbaye est chercheur au Centre de Recherche en Anthropologie et Sciences Humaines (CRASH) de N’Djamena, Tchad.

1910 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire