Au cours de son 11ème congrès extraordinaire  qui ‘s’est tenu à N’Djaména, ce samedi  13 janvier 2024, le Mouvement patriotique du salut (MPS), qui a désigné Mahamat Zène Bada à nouveau secrétaire général en remplacement du Dr Haroun Kabadi, a aussi séance tenante porté son choix sur le président de la transition, Mahamat Idriss Deby Itno comme candidat du parti à l’élection présidentielle. L’information qui a laissé sans détours une grande partie de l’opinion publique sans mot. Qu’est ce qui a urgé pour que le Président de Transition soit désigné candidats aux futures élections ? C’est la question dans toutes les lèvres depuis le weekend sans reponses.

 

Le congrès du MPS de ce weekend, est un congrès qui s’est tenu à la vas vite.  Les militants de  ce  parti convoqué aussi en toute urgence sans une longue préparation  ont après quelques heures investis, Mahamat Idriss Deby Itno, candidat à la prochaine présidentielle, prévue avant la fin d’année 2024.

 

Le Général  Mahamat Idriss Deby Itno avait jusqu’à preuve du contraire ;  rejeté toute question de la presse liée à son éventuelle candidature à la présidentielle, en estimant qu’il préférait consacrer son énergie à la conduite de la transition. Ce qui est tout à fait normale puisque dans ce climat  politique actuel du pays et  surtout dans un contexte de transition,  la neutralité du chef de l’Etat dans la conduite de la transition doit être mise en avant pour l’unité de tous les foreces vives de la nation et en partant de tous les v fils du pays.

 

Il est vrai que cette annonce n’apparait  vraiment pas comme une surprise pour  l’opinion dans l’immédiat. Mais  les questions qui viennent sur les lèvres de beaucoup d’observateurs sont de savoir s’il était opportun d’investir déjà Mahamat Deby candidat à la présidentielle ? Peut-être ne reste-t-il pas grande chose faire  ? L’on dira qu’il reste la mise en place des institutions prévue par la constitution de la  Vème République parmi lesquelles la plus attendue est l’Agence Nationale de la Gestion des Elections (ANGE)

 

C’est pourquoi la  candidature du président de la transition parait un peu précoce aux yeux de la classe politique. Mais si le Général Mahamat Idriss Deby Itno a su gérer la transition jusqu’à cette dernière phase en  ramenant même une grande partie de l’opposition à ses côtés, l’investir comme candidat ne poserait aucun enjeux majeur s’il trouve nécessaire ce choix.  Bien au contraire, cela fera taire certaines  langues qui chuchotent et qui  ne partagent pas l’idée de son éventuelle candidature. D’ailleurs l’une des résolutions du   Dialogue National Inclusif l’a bien élucidée qu’il en a le plein droit.  Tout le monde est désormais situé. A moins que l’intéressé en question ne rejette cette offre du parti MPS. Alors pourquoi resté sans mot ?

 

 

Plusieurs institutions constitutionnelles issues du DNIS attendent à  être mises en place certes. La classe politique avec un œil regardant suivra de plus près  les procédures de sa mise en place. C’est pourquoi dans cette phase, il serait judicieux pour le Président de transition déjà investi candidat de continuer à jouer son rôle dans la neutralité la plus totale surtout dans le processus de la mise en place l’agence chargé s’organiser les elections afin d’éviter d’être citer comme partisans de telles ou telles classes.

 

Le Tchadanthropus-tribune

691 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire