Par un point de presse le 21 mai, le coordonnateur du mouvement citoyen notre Tchad ( Mocint), Dr Korom Acyl Dagache, s’est prononcé par rapport au communiqué du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union africaine, publié le 11 mai 2023 sur la transition au Tchad.

 

Suite au communiqué du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union africaine, publié le 11 mai 2023 sur la transition au Tchad, le mouvement citoyen notre Tchad (Mocint) rappelle qu’en sa 996ème résolution du 14 mai 2021, l’Union Africaine, après avoir dépêché une mission de terrain, avait apporté son soutien au Conseil Militaire de Transition (CMT) en mettant en exergue les circonstances qualifiées d’exceptionnelles. Dès son accession à la Magistrature Suprême (suite au désistement du Président de I’Assemblée nationale), le Président du Conseil Militaire de Transition a pacifié le pays et organisé le Dialogue national inclusif et souverain (DNIS), affirme Dr Korom Acyl Dagache, coordonnateur du mouvement citoyen notre Tchad.

 

Selon lui, cette transition avait pour principale mission la refondation de l’Etat, le retour à l’ordre constitutionnel et ce, après la tenue du dialogue national inclusif et souverain. Ainsi, plusieurs recommandations ont été formulées, dont les plus importantes portent sur I’éligibilité des membres ayant servi durant la transition, la dissolution du Conseil Militaire de Transition prononcée le 08 octobre 2022 pour ne laisser que le Président de Transition, la mise en place d’un Gouvernement d’union nationale, I’organisation des élections présidentielles en 24 mois, la création d’un cadre de concertation des partis politiques et surtout celle des organes charge de veiller à la mise en œuvre des recommandations du DNIS qui est à pied d’œuvre avec toutes ses structures déjà opérationnelles.

 

Le coordonnateur du Mocint éclaircit en ce sens que le Chef de l’Etat, en joignant l’acte à la parole, a veillé au strict respect de la feuille de route. “Très soucieux de traduire en actes les résolutions du DNIS, il a nommé par décret du 25 janvier 2023 les membres de la CONOREC qui, de façon concertée avec les concernés, ont installé des démembrements. Et le chronogramme de la CONOREC prévoit I’organisation du référendum constitutionnel en fin 2023 et un retour à l’ordre constitutionnel au

terme de la transition prévue fin 2024”, détaille Dr Korom Acyl Dagache.

 

Il se réjouit que I’Union africaine puisse accompagner le processus. Nonobstant quelques problèmes sécuritaires, énergétiques et sociaux constatés qui annihilent les multiples efforts consentis par le gouvernement, force est de constater que celui-ci s’emploie à trouver des solutions pérennes.

 

Le coordonnateur du mouvement citoyen notre Tchad salue la dynamique de I’Union africaine et la promptitude dont elle fait preuve pour résoudre les problèmes du continent. Toutefois, il I’invite à reconsidérer sa position par rapport à certaines décisions prises au cours de sa plénière qui sont contradictoires, notamment les paragraphes 3 et 6 du communiqué.

 

Pour Dr Korom, il est important de signaler que la décision portant sur l’éligibilité des autorités de transition avait émané des participants au Dialogue National inclusif et souverain; elle a d’ailleurs été entérinée par un acte législatif. “Toutes les autorités de la transition ainsi que tout citoyen respectant les conditions légales est éligible et électeur”, rappelle-t-il.

 

Selon Dr Korom Acyl Dagache , ce n’est un secret pour personne que la transition tchadienne a démocratisé les débats à tel point que les forces vives peuvent émettre des opinions qui engagent la vie de leur pays en toute quiétude.

 

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info

2075 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire