Les audiences et son déplacement à Addis Abeba ne sont que des mascarades pour berner le peuple.

Le Rassemblement pour la Justice et l’Egalité au Tchad (RAJET) a tenu un point de presse sur l’état de santé du président Idriss Deby Itno.

Depuis quelques jours la santé du président Deby est sur toutes les lèvres des Tchadiens, on entend circuler beaucoup de rumeurs sur l’état de santé du locateur de palais rose.
Sachant qu’il n’y a pas de fumée sans feu et que la sante d’un chef d’Etat (aussi illégitime qu’il soit) est une préoccupation nationale, le peuple a le droit d’avoir des informations sur son bilan sanitaire. Nous pensons que ses diverses apparitions présentées à la télé et ainsi que son dernier déplacement à Addis ne sont que des mascarades effectuées pour berner le peuple, il est entretenu par des substances qui lui procurent la force telles que l’adrénaline.

La façon que Deby bricole depuis quelques temps dans la gestion du pays nous prouve à suffisance que son état de santé n’est pas loin de celui du défunt Bourguiba vers la fin de son règne. Notre parti a toujours affirmé qu’en aucun cas notre pays puisse aller de l’avant avec un guide presque aveugle à la tête de notre peloton. Le parti lui-même n’arrive pas compter le nombre de fois qu’on a dit que Deby doit partir pour un futur meilleur au Tchad.

Certes, quand un homme politique sexagénaire présente des symptômes inquiétants de maladies, on doit songer à une succession légitime pour maintenir le peu de l’ordre sécuritaire et administratif qui nous reste.

Etant dans une incapacité totale de gérer le pays, Deby doit s’écarter pour nous permettre de procéder dans un bref délai à des élections anticipées à travers un dialogue inclusif avec tous les acteurs politiques du pays, de la diaspora et ainsi que les politico-militaires, c’est la seule alternative.

Très certainement, Deby ne va pas du tout bien, sa santé est indubitablement compromise, qu’il y ait un écran de fumée énigmatique sur son état physique et morale, c’est pourquoi nous suggérons nos soucis les plus prépondérants.

Des sources nous indiquent que dans les coulisses du palais rose, les proches de Deby marmonnent toujours discrètement sur sa succession par un de leurs. Autant inconcevable que cela puisse paraître, la famille de Deby pense pouvoir procéder à une succession héréditaire par des compromis qui ne concernent que quelques individus au détriment du peuple. Cette intention anti valeurs que ses proches veulent nous imposer, c’est un acte qui provoquera un chaos lugubre si le président parviendrait à mourir.

On nous a toujours vociféré que le pouvoir rend parfois fou, croyez-moi sur parole, sa perte est encore pire, elle conduit totalement à une démence. Une telle démence que fait penser à quelques individus qu’ils sont au-dessus de tout un peuple, le Tchad n’est pas le Gabon encore moins le Togo pour qu’un fils, succède à son père.

Nous demandons la libération de M. Baradine Berdei dans un bref délai. Il n’a fait que son devoir pour avertir les tchadiens sur l’état de santé du président de la République, aucune loi du Code pénal ne punit une personne pour avoir exprimé ces constats.

Fait le 09/02/2020
Le Président du RAJET
ORDJEI ABDERAHIM CHAHA

Tchadanthropus-tribune

2388 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article