Idriss Déby est clairement en campagne électorale dans les provinces tchadiennes, alors qu’il interdit à l’opposition tchadienne dans son ensemble de tenir ses réunions, de manifester, et de se concerter en vue des échéances présidentielles et législatives à venir.

Si on constate le recul de démocratie dans le pays, plusieurs observateurs observent le clientélisme politique qui sévit lors des visites d’Idriss Déby en province. Les responsables du MPS qui arrivent en précurseur dans les villes achètent les consciences pour que les gens viennent s’amasser tout au long du parcours du cortège de Déby. Les commerçants sont harcelés par l’antenne de la chambre de commerce locale afin de fermer boutique. Les petits détaillants sont interdits de commerce pour aller à l’applaudimètre. Cette manière de faire crée un manque à gagner pour l’économie locale, et les ménages sont obligés de s’organiser autrement.

Ironie de sort, l’arrivée d’Idriss Déby en hélicoptère à Doba doit interpeler les fils de la région. Il suffit de voir l’hélicoptère de Déby à l’atterrissage soulevant une poussière énorme éclaboussant tous ceux qui attendaient le dictateur. Plusieurs années d’exploitation de pétrole dans cette région n’ont pas permis à la région se doter d’un aéroport digne de noms.

Des visites au relent de fausses promesses.

Qu’est-ce que Idriss Déby n’a pas promis ?

Qu’est-ce qu’il n’aurait pas dit ?

Partout où il passe, il fait des promesses non tenues, octroyé des marchés à ses proches qui les réalisent à peine.

Les promesses faites lors de la précédente campagne électorale de 2016 n’ont pas encore été livrées qu’il s’empresse encore à vendre des chimères à la population. Une espèce de clientélisme politique vendu à chaque campagne électorale. Les Tchadiens sont habitués à lui coller l’étiquette du super menteur qui excelle dans la supercherie politique.

Le Tchad doit changer de méthode politique pour l’essor de son développement. Ce développement passe absolument par un changement de régime et d’une classe politique dépasser par la situation. 

Tchadanthropus-tribune

2919 Vues

  • Ironie du sort, l’élephant a été tiré a doba puis s’est eteint a amdjarass. Pauvre Tchad

    Commentaire par MAXSON BAGA le 3 février 2021 à 8 h 21 min
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire