Le chef de la junte qui a pris le pouvoir au Tchad après la mort du président Idriss Déby Itno a déclaré mardi que les rebelles qui ont lancé une offensive en avril « n’ont pas encore désarmé », selon le site de la présidence.

Le 20 avril, au lendemain de sa réélection à la tête du Tchad, l’armée annonçait que le président Déby, qui dirigeait le pays d’une main de fer depuis 30 ans, avait été tué au front contre des rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), qui avaient lancé une offensive en provenance de Libye le 11 avril.

Dès l’annonce de son décès, une junte de 15 généraux proclamait un de ses fils, Mahamat Idriss Déby Itno – général quatre étoiles à 37 ans – président de la République à la tête d’un Conseil militaire de transition (CMT), dissolvait l’Assemblée nationale et le gouvernement et abrogeait la Constitution.

« Je voudrais noter que les ennemis du Tchad n’ont pas encore désarmé. Ils s’activent au quotidien pour déstabiliser nos institutions et retarder notre marche vers le progrès et l’émergence », a déclaré mardi Mahamat Idriss Déby devant des leaders religieux à l’occasion de la fête de l’Aïd.

« C’est tous ensemble que nous devons montrer aux ennemis de la patrie que nous sommes jaloux de l’indépendance et de la souveraineté de notre pays », a poursuivi le chef de la junte.

Les autorités tchadiennes avaient affirmé début mai que les rebelles étaient en « débandade ».

Mahamat Déby avait accusé les rebelles tchadiens d’être des mercenaires en Libye et d’être « entraînés par des forces étrangères ».

Le Togo a tenté en juin une médiation entre N’Djamena et différents groupes rebelles, en vain jusqu’à présent. « En plus du FACT, il y avait deux autres groupes armés représentés mais il n’y a pas eu de suite depuis », a assuré à l’AFP un responsable rebelle qui a participé à ces « rencontres » et a requis l’anonymat. 

Tchadanthropus-tribune avec AFP

748 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire