CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT NATIONAL DU RNDT-LE REVEIL

M. PAHIMI PADACKE ALBERT

N’Djaména, 18 novembre 2023/ Radisson Blu

Mesdames et Messieurs les journalistes des médias publics et privés ;

Le contexte sociopolitique actuel du Tchad, marqué par une transition suite au décès tragique inédit du Chef de l’Etat face à une rébellion armée, dans un pays qui n’a jamais connu de succession pacifique au pouvoir, exige des enfants du Tchad, de la lucidité et de la clairvoyance à tous les niveaux.

Malheureusement, comme le souligne si bien le préambule du projet de Constitution en débat : « Les différents régimes qui se sont succédés, ont créé et entretenu le régionalisme, le népotisme, les injustices sociales, les violations des droits de l’Homme et des libertés fondamentales individuelles et collectives, dont les conséquences ont été la guerre, la violence politique, la haine, l’intolérance et la méfiance entre les différentes composantes de la nation Tchadienne ».

La mission première de la transition est donc de réunir tous les ingrédients vertueux afin que le pays ne retombe plus jamais dans ces travers, quelque soit le régime qui viendra avec le retour à l’ordre constitutionnel en projet.

Au lieu de cela, le Gouvernement s’enfonce tête baissée, vers un référendum à crédibilité impossible, en bafouant les principes de transparence et d’équité.

L’objet de cette conférence de presse est de prendre à témoin, l’opinion nationale et internationale que ce référendum mal engagé, sonne comme la consécration du déraillement continu de notre transition dans sa deuxième phase, depuis une année maintenant.

Face à nos multiples sonnettes d’alarme, pour alerter sur le fait que le processus électoral référendaire actuel est biaisé, le Gouvernement a affiché une indifférence insolente et méprisante, tout en maintenant sa trajectoire hasardeuse. J’ai ouï-dire que “le chien aboie, la caravane passe”. Souffrez au moins d’entendre que cette caravane malgré sa puissance, va au-devant d’un fossé. Entendre cela n’est que sagesse.

Ce processus référendaire a dérapé depuis la création d’une CONOREC aux ordres, confiée au Ministre de l’Administration du Territoire et à ses Gouverneurs, Préfets et Sous-préfets, au grand dam du principe de neutralité nécessaire à tout organe chargé des élections.

En dépit des cris d’alarmes du RNDT-Le Réveil dès la création de la CONOREC sur son inféodation à l’Administration du Territoire, elle-même partisane, le Gouvernement est resté autiste.

Pour RNDT-Le Réveil, le référendum est un passage par lequel, le peuple Tchadien doit sceller librement son contrat social sur des bases solides ; contrat social dont la robustesse cimente le vivre-ensemble dans la paix et le respect de toutes les diversités. Telle est notre compréhension de la refondation, et c’est cela l’enjeu.

Ce référendum doit être guidé par les principes de “transparence et de l’impartialité”, valeurs républicaines et éthiques propres à moraliser la vie publique (préambule du projet de Constitution, page 5). Ce qui induit un organe indépendant et neutre, capable de rassurer tous les acteurs et les électeurs.

Malheureusement, encore une fois, la CONOREC, partisane et partiale, est entrain de conduire le pays à un scrutin joué d’avance. D’où, une partie de nos compatriotes sortira avec un sentiment d’avoir été vaincu que d’être convaincu. Encore des frustrations inutiles qui se cristalliseront plus tard en facteur de conflit.

Pourtant, il suffisait simplement de confier l’organisation de ce référendum à une CENI provisoire avec deux projets de Constitution au choix des électeurs, telle que recommandé par le DNIS, pour vaincre les suspicions et la méfiance ambiantes. Ce référendum est en rupture avec les recommandations du DNIS. RNDT-Le Réveil n’a pour sa part, d’apriori sur aucune forme de l’Etat qui ne saurait à elle seule vaincre les causes des frustrations populaires que sont les injustices et les inégalités.

Le passage en force, où le choix est en réalité entre le OUI et le “oui” masqué en “non”, ouvre un cirque qui aurait été risible, s’il ne s’agissait pas de l’avenir d’un peuple et d’une nation.

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Je vous soumets une devinette :
Le référendum du 17 décembre 2023 est un match de football ; mais un match de nuit, dans un stade à peine éclairé, qui oppose deux équipes : une équipe dénommée “oui” habillée en maillot blanc et une équipe dénommée “non” habillée en maillot noir. La couleur noire de l’équipe “non” est choisie par son adversaire du jour ; le noir, symbole du diable.
L’arbitre de ce match est le capitaine de l’équipe “oui”, ses attaquants sont les juges de touche et son gardien est le 4e arbitre.

L’équipe “non” est hébergée, nourrit et transportée sur le terrain par les dirigeants de l’équipe “oui”.

D’après vous, laquelle des deux équipes gagnera ce match ?
S’agit-il vraiment d’un vrai match ?

Comme chacun peut aisément imaginer le résultat planifié de ce match, et devant l’intransigeance du Gouvernement ;

RNDT-Le Réveil, fidèle à ses idéaux et par devoir de responsabilité, appelle au boycott du référendum, appelle à une ville morte, je dirais plutôt au “Bureau de Vote Mort (BVM)”, le 17 décembre 2023 ;

RNDT-Le Réveil appelle donc ses militantes, militants et sympathisants, toutes les Tchadiennes et Tchadiens, qui aiment leur pays à ne pas cautionner cette mascarade ;

Restez chez vous le jour du référendum. Ne sortez pas ! Cela ne servira à rien !

Ensemble disons halte à la mascarade électorale !
Tous pour le “Bureau de Vote Mort (BVM)” le 17 décembre 2023.

Par cette conférence de presse, RNDT-Le Réveil lance le “Bureau de Vote Mort (BVM)”

Mesdames et Messieurs les journalistes,
Je reste à votre disposition pour répondre à toute question que vous voudriez bien poser.

Je vous remercie.

Tchadanthropus – tribune

778 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire