Chers Compatriotes,

Comme toutes les colonies françaises, le Tchad a obtenu son indépendance le 11 août 1960.

Après la perte de l’Indochine en 1954 (Dien Bien Phu) et en pleine révolte du Peuple algérien – Au même moment, avec l’aide des soldats de l’AEF, la France étouffait l’aspiration à la souveraineté de l’UPC, au Cameroun. La puissance coloniale, des 1960, (- la SDN cède la place à l’ONU), et le groupe des Pays non-alignés impose sa signature, décide de transformer ses colonies en des États indépendants.  Dans ce nouveau monde de représentation, la France non moins coloniale veut s’assurer plusieurs voix, en cas de vote. Ainsi, naissent les États d’Afrique francophone, tous alliés inconditionnels de la France.

Tels des enfants mineurs, la France va les doter de toutes les institutions que nécessite l’État moderne. Et pourtant …

Des 1958, comme prévu par le référendum, M. Sékou TOURE, appelle les guinéens à voter NON. Trouvant humiliant et choquant, De Gaulle ordonne de punir la Guinée. Résultat : Destruction de tous les Bâtiments administratifs (PRÉFECTURES, sous-préfectures, Groupes électrogènes, Fermes avec Animaux, etc. …), Archives, imprimer des faux Milliards du Sili, et enfin, plusieurs Coup d’état Pour le renverser.

Nous pouvons affirmer que jusqu’en 1970, tout Chef d’état Africain qui ose sortir du Franc CFA, est assassine :

C’est le cas de M. Sylvanus Olympio du TOGO, M. Modibo KEITA qui meurt après plusieurs années de prison ; d’aucuns parlent de M. Barthélémy BOGANDA de la RCA, de François TOMBALBAYE (du Tchad) , Amadou DIORI , Djibo BAKARI et même Seyni KOUNTCHE , du NIGER .

Le capitaine Sankara (Burkina Faso) semble être le dernier à trouver la mort, tandis que M. Gbagbo, après avoir échappé de justesse, à un attentat, est envoyé au TPI (cour créée pour la circonstance) .

Il est largement admis que le colonel Mouammar Ghadafi a été assassine par les forces de l’OTAN, parce qu’il avait proposé d’adopter une monnaie africaine.

Durant des années, le colonialisme a su s’adapter. D’assassinats en emprisonnements, ce dernier est parvenu à faire taire, les rares chefs d’état Rebelles. C’est par un coup d’état, bien dissimulé, que Hissein HABRE et Laurent BAGBO ont été mis hors circuit.

Ne sous-estimons pas l’ennemi. Face à la mobilisation de la jeunesse africaine, la France mobilise ses obliges – Macky SALL et Alassane OUTTARA, pour remplacer le Franc CFA par l’Eco sans mettre un terme à la colonisation monétaire.

Aujourd’hui, sous-couvert de lutte contre « le terrorisme islamiste », véritable création de l’occident, les puissances coloniales interviennent en lieu et place des dictateurs africains. C’est le cas de l’intervention de l’aviation française en début Février 2019. De l’aveu même de l’État-major français, plus de 300 opposants tchadiens de l’UFR ont péris dans cette attaque disproportionnée et injuste.

Malgré cet acte barbare et indigne pour la « la France des droits de l’homme », trois opposants bénéficiant du droit d’asile furent inculpés. Devant un tel abus de pouvoir et un parti pris manifeste du gouvernement français pour DEBY, le Tyran, nous laissons l’opinion Internationale à prendre ses responsabilités.

Devant une telle situation, abstraction faite des hypocrites, des opportunistes, il faut donner un autre sens à notre combat. Avant d’aspirer à un mieux-être commun, il faudra être libre, condition sine qu’anone pour gérer son destin.

Soyons conscients que la misère est commune et le mal-vivre ruine tous les tchadiens. Tous ceux qui, toutes ethnies confondues, dilapident, détournent et s’enrichissent ne sont ni contre la colonisation, ni contre le Franc CFA, véritable serpent de mer du système. Les uns et les autres participent de la pérennité de cette dictature.

Qu’est-ce qu’un système qui grâce à sa monnaie contrôle, de bout en bout, toutes les activités économiques des pays qui ont cette monnaie en commun ?  C’est la colonisation monétaire.

N’en déplaise à beaucoup de mes compatriotes, et, agrémenté « des vrais et faux accords militaires », il est évident que la France dispose d’un blanc-seing quant à l’avenir de tous les tchadiens.

La seule chose qui nous reste à faire, c’est de nous libérer. Comme les vietnamiens et les algériens, le moment est venu pour acquérir notre souveraineté.  Nous devons finaliser ce qui a été entamé par le FROLINAT, de Ibrahim ABATHA et Compagnie.

Pour la Nouvelle Alliance pour la Restauration de la République (NARR)

Mr. Taher ALI NANAYE.

841 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article