Dans le sillage et en amont des différentes élections à venir, une conférence de la diaspora tchadienne est en train de voir le jour. Il faut arrimer le bateau de la réflexion et des idées dans les décisions à prendre, et à venir.

Le facteur intégration physique des jeunes diplômés est balisé pour permettre à toute une entité de s’exprimer. D’ores et déjà la sensibilisation est mise en route afin de permettre à tout un chacun d’éclore, créative et pragmatique.

Le recrutement des policiers va reprendre de manière équitable et ordonnée, tout comme 500 agents des eaux et forêts. Tout cela sous l’œil attentif de la hiérarchie. Mais il y aura un contrôle biométrique pour redresser ces corps.

Dans le cadre du développement énergétique, si par la vision du président de transition, la ville de Moundou s’est autosuffi de l’électricité par le gaz, à N’Djamena plusieurs projets sont en train d’éclore. Sous le ministre Djerassem Lebemadjiel, déjà deux projets de 80 et 50 mégawatts sont mis à jour, les ingénieurs chinois et autres travaillent nuit et jour pour réaliser les vœux du chef de l’état. La volonté politique de permettre à la population de gommer l’endémique problème d’électricité est là. Parallèlement à cela des groupes électrogènes d’une certaine capacité de 10 mégawatts sont livrés à la SNE pour renforcer le parc énergétique actuel à N’Djamena.

Il y a 3 ans, au début de la transition, le monde rural avait un problème profond en matière de santé publique. Mais pendant les visites en province du président de transition, cette faille remarquée a été corrigée. Amzoer, Guéreda, Bamina, Guilmey, Pala, Djarmaya, Laï, Faya, Koudalwa, Tiné, et Bahaï ont été pourvus en centre de santé, dispensaire et hôpital provincial. Des équipements de santé à hauteur de 10 milliards de FCFA ont été investis pour les 23 régions du pays, tout cela est fait avec les fonds spéciaux, sans y référer aux finances et au trésor public, sans tambour, ni trompette. Grâce aux hommes de confiance autour de Mahamat Idriss Déby, les instructions sont suivies à la lettre.

Quoi dire encore des assistances humaines à chaque visite ? Il faut se rappeler de cette femme qui a mis au monde un triplé et dont un émissaire fut envoyé pour l’assister financièrement. De tels cas sont nombreux à citer dans les différentes villes visitées.

Une visite prochaine du patronat français est dans les pipes, pour permettre aux hommes d’affaires tchadiens de saisir l’opportunité des affaires. L’insistance du Mahamat Idriss Déby est appuyée dans ce sens, car il est très conscient des carences qui existent.

Le conseil avisé au président français Emmanuel Macron en octobre 2023 lors d’une visite à Paris est encore dans toutes les têtes, «La France à l’avenir doit se rapprocher plus des populations que des politiques ou des militaires. Votre pays est proche des dirigeants que des peuples, vous n’investissez pas pour soutenir les économies locales. Venez dans nos pays et créez des entreprises qui embauchent. C’est à ce titre que l’image de la France sera entière. Vous ne pourrez pas continuellement être proche des politiques en oubliant les populations».

Quoi qu’il soit, certes, il y aura toujours des erreurs d’appréciation, des choses omisses ça et là. Il y a encore beaucoup de choses à améliorer. Toute œuvre humaine peut ne pas être parfaite, mais personne ne peut éluder cette volonté politique de vouloir tirer vers le haut l’ensemble des secteurs de développement.

Il faut à toute épreuve savoir compter sur l’homme politique qui aime son pays, et qui place toutes ses ambitions pour son pays. C’est de cette manière que la vision est évidente. Dans le cas d’espèce les prémices d’une volonté politique de Mahamat Idriss Déby sont à saluer… Et forcément à demain, puisque c’est autre jour.

Tchadanthropus-tribune

640 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire