Un congrès extraordinaire organisé ce 11 février au centre Al-Mouna, à N’Djaména, porte Kemnoudji Ngadjadoum Daniel à la tête du parti Fédération, action pour la République (FAR).

 

Ce congrès extraordinaire du parti FAR/PD s’est déroulé en l’absence de son leader et opposant historique, Ngarlejy Yorongar. Il s’est organisé après la revendication de la tenue, en vain, d’un 2e congrès ordinaire après celui de 2017.

 

En 28 ans d’existence et des participations à des élections présidentielles, les congressistes dénoncent aussi “l’inexistence’’ du siège et des cartes du parti. Le congrès de ce jour, qui a vu la participation des militants de N’Djaména et des provinces, a pris fin après deux heures d’échanges.

 

Par acclamation, Ngadjadoum Daniel, ancien bras droit de Ngarlejy Yorongar, entré ensuite en bisbille contre lui, est désigné coordinateur exécutif national. “Quand tu formes un militant, c’est pour lui passer le témoin’’, tacle-t-il son mentor Yorongar, lui rappelant qu’il croule sous le poids de l’âge et de la maladie.

 

Lui reconnaissant son combat pour la démocratie, dont il porte les séquelles physiques, Kemnodji Ngadjadoum Daniel reproche à l’ancien opposant de ‘’prendre le chemin de Damas’’.

 

Désormais, pour Ngadjadoum, il n’est plus question pour le parti FAR d’évoluer seul. ‘’Aujourd’hui, si nous voulons faire entendre l’idée de la Fédération, il faut aller avec les autres. Le parti doit calculer ses intérêts et aller vers ses intérêts. Nous allons redéfinir le FAR. Nous allons choisir une autre méthode. Nous ne quittons pas définitivement l’opposition’’, déclare-t-il, appelant Yorongar à soutenir le parti en tant que conseiller.

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info

2140 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire