Mahamat Allahou Taher a une carrière présidentiable ou peut-on tenter de dire tel père tel fils, sur la scène politique tchadienne depuis l’indépendance.

MAT est un cadre originaire du Kanem et aujourd’hui l’un des hommes politiques tchadiens qui dirige un grand parti : le RDP. Son parcours repris sur WIKIPEDIA est marqué par des étapes diverses et parfois des inflexions du destin.

Plusieurs expériences successives ont en effet changé le cours de la vie de ce commis de l’Etat. Né à Mao le 10 Août 1957, il est issu d’une grande                  famille politique dont le nom est associé à la fondation de la République et à l’indépendance du Tchad. Mahamat Allahou est en effet le fils aîné du Feu Allahou Taher Limane l’une des grandes figures historiques du Tchad et qui fut l’un des premiers députés du Kanem géographique et le tout premier Président de l’Assemblée Nationale à l’indépendance du pays en 1960.

Le patriarche laissera à ses enfants une éducation et un socle de valeurs modernes solides, des vertus de travail, de justice, de patriotisme et de nationalisme. Pour Mahamat Allahou Taher, la meilleure école fut celle de son éminent père. En 1973, l’emprisonnement politique de celui-ci le marqua profondément. Il sera libéré en 1975, puis de nouveau arrêté et libéré en 1978. Enfant de Fort-Lamy où il entama tôt l’école maternelle puis primaire avec des séjours alternés a Mao sa terre natale, il quittera très jeune le Tchad pour la Belgique partageant précocement l’exil de son papa oppose à l’instauration d’un régime présidentiel. Jusqu’à son retour au pays natal en 1968.

L’étape du départ pour l’Europe a eu une influence déterminante sur le destin de Mahamat Allahou. Il découvrira plus tôt que beaucoup de jeunes tchadiens l’univers de l’Europe. Cette expérience a beaucoup remodelé le jeune Mahamat. Passionné de lecture, il y effectuera une bonne partie de ses études primaires qu’il achèvera à son retour à l’école Française  du Rond-point, suivi des études secondaires au Lycée Félix Éboué sanctionnées par le BAC en 1978. Bénéficiaire d’une bourse, il s’envola ensuite pour entamer des études supérieures à l’étranger. Le lamyfortain attaché à l’unité nationale et au brassage aura in extremis la chance de ne pas vivre directement les événements de 1979 qui vont endeuiller le Tchad. Mais à l’extérieur comme tous les tchadiens il sera victime de l’éclatement du Tchad et ses contradictions.

Ayant baigne des sa prime enfance dans l’ambiance de l’Etat , Mahamat Allahou faisait naturellement des études publiques. Détenteur du diplôme de second cycle de l’ENA de Rabat qu’il complètera à l’IIAP de Paris, il poursuivra successivement ses études aux universités d’Aix-Marseille, Poitiers et Paris II sanctionnées par l’obtention d’une maitrise de droit public et deux DEA : Finances publiques et Études politiques et constitutionnelles. Il entama ensuite la rédaction d’une thèse de doctorat d’État sur la théorie de l’Etat Africain contemporain à l’université de Paris II. Il compléta plus tard ce cursus à l’universite de Pittsburgh sux USA, à Atlanta et à l’institut du FMI a Washington dont il est aussi diplôme. Nanti de précieux parchemin, il entama alors une longue carrière administrative au ministère du plan et coopération ou il occupa des postes de responsabilités techniques croissantes jusqu’au poste politique de Secrétaire d’Etat dans le cadre du Gouvernement. Mahamat Allahou a toujours cultivé les vertus de la compétence et de l’intégrité. Il a été associé à l’élaboration des différents plans de développement du Tchad et la finalisation notamment du projet Pipe-line Tchad-Cameroun dont il fut l’un des principaux négociateurs aux côtés de son ami le défunt Abdraman Dadi.

Devenu Ministre du pétrole en 2001, il enchaina dès lors les responsabilites ministérielles en occupant plusieurs départements : Élevage, Mines et énergie, Tourisme et Artisanat, Commerce et Industrie, Plan, Postes et NTIC, Fonction Publique et Dialogue Social. Sa réticence à accepter la coupe des salaires des fonctionnaires dans le cadre des mesures gouvernementales d’austérité lui vaudra son départ du gouvernement. Déjà en 2003 alors ministre des mines et de l’énergie, il avait démissionné du gouvernement en compagnie de son collègue de parti Djimtebaye Lapia pour protester contre la révision constitutionnelle  relative au mandat présidentiel, à laquelle le RDP s’était vigoureusement opposé.

Son engagement politique au RDP, premier parti d’opposition de l’ère démocratique marqua un tournant décisif dans son parcours. Il était l’un de ceux qui étaient présents le 29 décembre 1991 au cinéma le Normandie lors du Congrès constitutif du RDP pour jeter les bases d’un projet de société autour du Président LOL. Cette adhésion a eu de lourdes conséquences sur sa carrière administrative et lui vaudra quelques années de traversée de désert dans l’opposition avant la signature d’accords d’alliance avec le MPS. Membre fondateur du parti, Mahamat Allahou Taher en gravira tous les échelons depuis la fédération pour la ville de Ndjamena jusqu’aux postes de parte- parole et de Secrétaire Exécutif Adjoint du Bureau Exécutif.

Fils spirituel et proche collaborateur du Président Lol Mahamat Choua, il est toujours avec d’autres cadres éminents au cœur de toutes les stratégies du RDP pendant un quart de siècle. De la CNS en passant par les élections de 1996-1997 ,la conférence de Franceville, la création de la CPDC et tous les évènements notables qui ont ponctue l’évolution du parti et du pays verront la contribution appréciable de ce cadre du parti RDP. Il était aussi l’un des principaux négociateurs de l’accord politique du 13 Aout 2007 dont il fut membre du comite de rédaction.

Lors du Congrès électif du parti,  convoqué en janvier 2017, il sera tout naturellement désigné Président National du RDP pour succéder à son mentor Lol Mahamat Choua le Président fondateur en retrait pour cause de maladie. Le nouveau Président s’engagea fermement dès lors à poursuivre  l’œuvre de son prédécesseur sous le signe  » un nouvel élan pour un rassemblement plus fort « . Mahamat Allahou Taher incarne une nouvelle génération de leaders politiques arrivés à la faveur d’une alternance interne et adeptes d’un combat politique  porté par des idéaux. Son grand défi avec ses camarades du parti reste la gestion  difficile de l’alliance conclue  avec le MPS parti au pouvoir, en vue d’assurer l’avenir du RDP.

Le service communication RDP

1255 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article