Depuis quelques heures la toile s’embrase à cause de la rencontre entre Mr Succès Masra président des transformateurs et ses vice-présidents avec le dictateur tchadien Idriss Déby.

La rédaction a déjà énuméré dans une de ses publications la pression internationale sur Déby pour le dialogue. Sa dernière sortie suivie de son fameux « Han fogkou, Damboula hanakou » vient trouver son épilogue ici.

Tout en critiquant les Occidentaux et les officines qui lui ont pressé d’aller vers son opposition, Déby fait ce coup politique envers les transformateurs qu’il reçoit malgré lui, alors qu’il a tout fait pour ne pas les reconnaitre comme un parti politique. À présent le MPS ne pourra plus se défiler. Il faut vite reconnaitre le parti des transformateurs dans le jeu politique tchadien.

Deuxio, en politique il n’est pas interdit de rencontrer son adversaire, voire pire son ennemi. Les principes des relations internationales le préconisent. On peut aller à une rencontre pour dire fermement sa position, cela n’enlève en rien le statut principal de celui qui vient animer le débat et les échanges.

Les colères déversées sur Mr Succès Masra sont disproportionnées. Il faut toujours attendre de tirer les conclusions à froid, à chaud c’est du démaillage non utile.

D’ailleurs, il faut attendre une autre sortie des transformateurs en dehors du publi-presse faite avec nos confrères du journal le PAYS pour s’éclairer la lanterne, pi, il faut aussi bien observer les consultations annoncées avec toutes les forces vives pour ériger l’alternance politique avant de faire une conclusion.

Une autre lecture peut être aussi donnée à cette rencontre du côté du pouvoir pour enlever tout aspect solennel. On peut dire que Déby a reçu son jeune frère Succès Masra dans sa résidence privée, mais non au palais rose. Et en prononçant juste Succès Masra, il veut lui enlever toute reconnaissance comme président des transformateurs. Quoi que Déby puisse dire, il vient de donner une légitimité aux transformateurs.

Le président des Transformateurs Masra Succès a confié en exclusivité à Le Pays que lui et ses vice-présidents ont été reçus pendant deux heures par le chef de l’État pour parler de « l’avenir immédiat » du pays. « Nous lui avons parlé de la nécessité d’un dialogue politique pour une alternance que le peuple demande », a -t-il indiqué.

« Le président a dit qu’il n’était pas opposé et nous lui avons dit que nous ne pourrons pas parler à seuls. Nous irons vers toutes les forces vives et lui reviendrons dans les jours à venir avec des propositions. Il faut s’attendre à un report de la présidentielle » Succès Masra.

 

Ne tuez pas le bœuf avec son lait.

Tchadanthropus-tribune

1030 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire