La dernière sortie de Succès Masra, Président des Transformateurs a été des moins sereines. Un discours politico-militaire, très sectaire avec des mots en contradiction avec la référence linéaire d’une action au service du peuple Tchadien. Quelques exemples : « il faut choisir son camp », « bientôt, il y aura 2 ou plusieurs Tchad, deux ou plusieurs armées » « appel est lancé aux soldats pour choisir leur camp ». « Des gens qui représentent 1% des populations etc. »

M Succès Masra construit souvent des discours avec des mots chocs pour marquer ceux qui l’écoutent. Mais cela peut jouer des tours car les paroles comme les écrits restent et parfois, deviennent des cicatrices difficiles à effacer.  De son parcours, on soulignera son engagement politique, son courage aussi pour faire face à Idriss Deby. Il a cru en lui, en son leadership. Il a occupé un espace laissé vide parce que les personnalités politiques étaient toutes attirées par la mangeoire des revenus pétroliers. Idriss Deby a manœuvré pour ne pas lui donner son récépissé d’existence juridique de son parti.
Le CMT a réglé la question, en laissant l’administration le faire.

Ce qui veut dire que le parti « les Transformateurs » n’a pas encore eu la possibilité de démontrer son poids électoral avec des chiffres et des statistiques. Ce sera certainement le cas lors des prochaines joutes électorales.

A l’observation des leaders politiques du Sud, Idriss Deby, sur conseil, de ceux qui dirigent les laboratoires politiques de la françafrique, a créé une élite bourgeoise qui a largement profité des revenus pétroliers et du pillage des ressources nationales. Dans l’esprit des conseillers politiques français, il s’agissait de susciter une stratégie du ruissellement. C’est-à-dire que l’on pouvait attendre qu’une partie des revenus détournés ruisselle sur les autres membres de la communauté et ainsi donner l’illusion que beaucoup de personnes profitaient de la mangeoire.

En revanche, pour Idriss Deby, fermer les yeux sur un pillage organisé, lui permettait de les lier à ses pratiques de mal gouvernance et de pouvoir à tout moment actionner le levier des audits, des procédures judiciaires, lesquelles n’étaient jamais menées à leur terme car elles devaient être une épée de Damoclès au-dessus de la tête des pilleurs . Aujourd’hui, il y a bel et bien une élite milliardaire originaire du Sud qui ne demande qu’à continuer ce système. Elle sera actionnée au moment voulu pour contrer le parti de M Succès Masra.

La transition politique qui a donné naissance au CMT s’est construite autour de la participation de forces politiques d’opposition au régime MPS. Mahamat Ahmat Al Habo et Saleh Kebzabo sont membres du gouvernement du CMT. Soulignons que M SALEH Kebzabo estampillé, première force politique d’opposition à l’Assemblée Nationale, est depuis 5 mois, positionné à Doha par le CMT, dans une suite luxueuse, pour aider à la signature des accords avec les politico-militaires. On a même oublié qu’il était un opposant au MPS.

S’il est vrai que l’organisation du Dialogue National dit inclusif et souverain est une proposition politique de la francafrique en vue de permettre de régler la question des politico-militaires (crainte que les Russes posent pied au Tchad), d’apaiser le climat politique, social et d’essayer de ralentir la saignée des finances publiques. Toutefois, chacun de nous a conscience que, compte tenu de la configuration des rapports de forces, des pratiques politiques dans notre pays, il en sortira quelque chose d’imparfait.

Mais c’est une étape historique, un rendez -vous pour avoir en face de soi toute l’élite politique, administrative, militaire, les chefs traditionnels, le corps diplomatique etc.

Autrement dit, une tribune exceptionnelle, rare, que tout homme politique qui aspire à diriger ce pays, ne peut rater. Rien que pour cette tribune et cette audience, cela vaut la participation. Cette participation peut être de qualité et se décliner à faire cas des réserves que ce parti pose.

Autre chose importante ; Succès Masra est un homme qui doit démontrer qu’il  peut être demain un homme d’État : qu’il peut maîtriser son verbe, peser ses mots lors de sa communication et qu’il est capable de surprendre ses militants pour l’intérêt de son pays, le Tchad. La posture perpétuelle d’une communication d’offense en direction de certains tchadiens, est très peu productive à moyen et long terme. Succès Masra doit sortir de cette bulle qui accentuera son isolement .

Enfin, il est opportun qu’émerge sur la scène politique tchadienne, de nouveaux leaders avec une éthique mais aussi une passion patriotique pour qu’ils se mettent debout pour améliorer les conditions de vie de nos populations.

Pour cela, on ne peut  être absent quand on voit un processus certes imparfait nous le savons tous, mais ce processus est mis sur les rails par les partenaires du Tchad qui discutent, négocient du pays, de son avenir politico-économique, autrement dit, on parle de beaucoup de choses et pas seulement du Dialogue National. Comment être absent et croire que l’on peut revenir à n’importe quel moment ?

M Succès Masra est parfaitement à même de savoir que l’idée du Dialogue, d’une grande messe est un écran de diversion, pour avant tout, tourner la page horrible sur tous les plans du régime trentenaire du MPS. Ne pas faire un audit national sur les revenus pétroliers dilapidés, planqués dans le monde entier. Ne pas évoquer les crimes. Ne pas se pencher pour constater que  le Tchad a perdu la chance de se développer avec l’échec du projet pétrolier, grand marqueur du pouvoir MPS. Que 2000 personnes sur 16 millions de Tchadiens se sont accaparées de ces revenus. Le Dialogue national va consacrer l’impunité de cette élite qui, à tant de comptes à rendre aux populations. Nous le savons tous. Tout comme la France, partenaire stratégique du CMT, ne souhaite pas que les Tchadiens parlent de tous leurs maux en évoquant son rôle, sa responsabilité dans la situation chaotique du pays. Soulignons que le  Président des Transformateurs n’a pas apporté son soutien à ceux qui ont évoqué cette question .

C’est pourquoi connaissant les difficultés, les manœuvres, les coups bas, les déceptions à venir, on ne peut s’écarter du dialogue national . Il faut être là pour contribuer à un éveil des consciences, pour poser les vraies questions, pour mettre l’existence du pays, la question de son avenir, au-dessus des revendications partisanes .

En outre, si l’on veut se construire un destin national , telle est l’ambition de M Succès Masra ; il faut bien examiner l’environnement politique, social, économique du Tchad, les questions sécuritaires qui se posent à toutes ses frontières, la banqueroute financière, les accords avec le FMI et la Banque Mondiale qui sont suspendus et attendent la fin du Dialogue National pour s’abattre sur les populations, sans oublier, les enjeux autour des richesses minières mais aussi les convoitises énormes des puissances étrangères  aujourd’hui, dans la médiation, et demain nous présentant la note et tant d’autres .

En tant que banquier, vous savez que le Tchad est le pays au Sud du Sahara qui achetait le plus d’euros à la banque de France et ce que cela signifie. Le Tchad est le pays qui a le plus grand nombre de V8 ; Afrique Centrale et Afrique de l’Ouest comprises. Et le Tchad est le pays où il y a le plus fort taux de mortalité des enfants entre 0 et 5 ans, triste record comme l’Unicef l’a souligné : nulle part dans le monde, depuis sa création, un tel taux n’a été enregistré.

Toute cette problématique fait qu’en tant que leader déjà engagé sur le terrain politique, il est important de comprendre qu’il y a une mission d’éveil, de vigilance patriotique pour défendre les intérêts des populations. Elle ne peut qu’être l’œuvre de ceux qui y croient passionnément. Si tel est le sens de l’engagement politique de M Masra .

Au sujet de l’exigence d’exclure le PCMT et les autres membres du gouvernement de transition de la course présidentielle. Sur quoi se base-t-elle ?  Sur une simple promesse du CMT ou, en réalité, sur le discours porté par la machine médiatique de M Emmanuel Macron lors de son adoubement du CMT.

En politique, tout est question de rapports de forces. Quel est le rapport de forces qui permet au parti de M Masra de l’exiger ?

Actuellement, objectivement, cela n’est pas possible. S’il est vrai que la neutralité du pouvoir exécutif est une chimère, il est pourtant possible de poser le débat de la transparence du déroulement du scrutin, de son organisation sans pour autant exiger que des Tchadiens  soient discriminés dans le processus de validation des candidatures à l’élection présidentielle. Le fait d’être militaire ne change rien .

M Succès Masra ne doit pas être un homme pressé. Il ne doit pas jouer avec le feu. Le Tchad est un pays extrêmement fragile. Attiser la haine, semer la division dans un pays morcelé, est une posture politique grave, et au fond, cela  pose déjà les germes de sa responsabilité en cas de dérives et de dérapages .

Son parti s’appelle « les Transformateurs » mais a-t-il réellement pris conscience de la transformation en négatif de la société tchadienne, du pays, des mentalités en 30 années du pouvoir d’Idriss Deby. Cela signifie qu’un travail titanesque attend celui qui s’engagera à sauver ce pays. La route est longue, le travail immense. Ce qui peut rendre la tâche exaltante, le défi mobilisateur et M Succès Masra fait partie de ceux qui se mettront sur la ligne de départ pour réaliser ce challenge.

Le Dialogue National dit inclusif et souverain est une petite étape dans la destinée du pays. Il est juste une manœuvre politique. Ne pas y participer, c’est manquer le coche. Bien au contraire, il faut y aller et profiter pour corriger les erreurs et soigner l’image de son parti qui en a besoin afin que son chef  expose sa vision d’un Tchad nouveau.

La Rédaction de Zoomtchad

1754 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire