Chers Compatriotes,

Voilà près de quatre mois que le dictateur Tchadien a trouvé la mort. Disparu dans des circonstances troubles et ce, malgré qu’il n’ait rien fait en trente ans, pour améliorer le quotidien des Tchadiens, Idriss Deby a fini tragiquement.

Ses prises de position sur le Franc CFA, son indignation après l’assassinat de Kadhafi et/ou son intention de quitter le G5 Sahel, et enfin, dans son discours de Campagne du 8avril dernier où il accusait la France d’être responsable de l’Assassinat du Président Tombalbaye, ce sont sans aucun doute, toutes raisons qui lui coûté cette Exécution digne de la Françafrique

Plusieurs observateurs dont les USA (chose rare), n’ont pas manqué de réclamer une enquête. Mais rien n’a été fait ni du côté du CMT ni de son principal allié la France.

Sans risque de se tromper, une fois encore après 30 ans, le gouvernement français et son Armada militaire, ont décidé de remplacer le Père par le Fils Ôtant ainsi le droit aux Tchadiens, de choisir leurs dirigeants grâce à des procédures démocratiques.

À l’attention des Tchadiens et de l’opinion internationale, voici quelques éléments troublants :  Depuis début 2017, le FACT s’était rapproché de Haftar dont les rapports cordiaux avec Deby sont connus de tous. Du jour au lendemain, lourdement armés, les combattants du FACT déboulent au Tchad sans que l’aviation française n’intervienne comme cela a été le cas contre l’UFR, il y a bientôt 18 mois. Dans cette région où les Forces françaises règnent en Maîtres, il est impensable qu’elles été surprises ? A moins d’un Télescopage entre Les Politiques (Élysée) et Les Militaires (Ndjamena) …

La précipitation avec laquelle l’Ambassade de France à Ndjamena avait annoncé la mort de Deby est plus que troublante. Selon cette Officine française  » Deby avait été blessé, dans son bivouac, situé à 50 km du Front par le garde du corps d’un Général convié à une réunion …etc. »

Mieux, ce même message adressé à toutes les chancelleries, précise qu’un haut gradé français qui était sur place avait informé M. Macron grâce à son Tél. Satellitaire avant d’ordonner la venue d’un Hélico pour transporter Deby qui semblait être encore en vie.

Deux interrogations : 1) Vu la distance entre le Front et le bivouac (50km), aucune arme ne peut atteindre une personne en particulier. Ce qui exclut une balle venue du front. L’accusation du FACT par le gouvernement français est pure mensonge.

2) Indiquons que lors des funérailles de Deby, un de ses fils avait déclaré que son père est mort le 18 avril, alors même que la France avance le 21, date probable des affrontements militaires.

De ce qui précède, et c’est fort regrettable, le Dialogue annoncé ressemblera fort à la CNS de 1993

Faut-il rappeler qu’en 1993 déjà, suite à un coup d’état commandité, de bout en bout, par la France, la CNS s’était imposée comme la solution. Après trente ans, il n’y a pas de doute que la CNS avait accouché la pire dictature de notre histoire. Alors, chers compatriotes, doit-on croire Deby fils et ces généraux à la con, après cette expérience douloureuse ?

Le contexte a changé. La Jeunesse tchadienne a gagné en prise de conscience. La Diaspora et les Politico-militaires doivent se résoudre à une Union sacrée.  C’est le seul moyen pour imposer au CMT, au gouvernement de Pahimi le revenant et l’ancienne AN devenue CNT par cooptation, une Conférence Nationale Inclusive, véritablement Souveraine. Pour ce faire quelques propositions doivent être prises en compte.

Tout d’abord, le mieux, vu l’Échec patent de la CNS (1993), il est souhaitable que la prochaine se tienne dans pays tiers : Tous les délégués seront sur le même pied d’égalité sans aucune menace du CMT, de l’ANS voire des militaires tchadiens :  Ex : la conférence sur la RCA s’est tenue au Soudan

Dans le cas contraire, voici quelques Préalables :

1)  Un cessez-le-feu sur toute l’étendue du territoire.

2)  Une amnistie générale qui induit la Libération immédiate de tous détenus d’opinion et de tous les prisonniers de guerre.

3)  Le déploiement d’un Contingent étranger (ONU ou UA) chargé de la sécurité de la CNIS, pendant et après jusqu’à la mise en place des Nouvelles Institutions Légitimes et Démocratiques. Ce n’est qu’à ce prix nous acceptons d’y prendre part.

Aussi, je lance un appel solennel à toute la Jeunesse tchadienne, aux Mouvements Politico-militaires et à la Diaspora, partout où vous vous trouvez, sous quelque forme que vous êtes, d’accentuer la pression, pour mettre fin définitivement à cette Dictature criminelle, à nous imposer par la France depuis 31 ans.

Monsieur Taher ALI NANAYE 

Porte-parole du Conseil National pour le Changement (CNC).

1002 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire