Les Tchadiens assistent depuis 48 heures à une incontinence verbale entre des membres de gouvernement et leurs lobbys.

Depuis la démission inopportune du ministre des Affaires étrangères Chérif Mahamat Zène, les parrains de la désinvolture et les groupes de lobbys se déchaînent sur les réseaux sociaux entre partisans. Une honte qui ne s’explique que par une carence et des prépositionnements mercantiles des cadres qui s’emploient à se dénigrer au lieu de véritablement servir le peuple et sa nation.

Que faut-il en déduire dans ce théâtre qui n’a rien de conséquent pour le peuple tchadien qui baigne dans sa souffrance perpétuelle et précaire ?

Dans cette gabegie qui n’a de caractère que l’œsophage, des représentants de l’État se donnent en spectacle sur le net et à la télévision nationale pour justifier l’injustifiable.

Depuis ce malheureux événement, tous ces responsables s’en rejettent la paternité des conneries. Le ministre de la Communication n’était pas dans son rôle à piloter cette affaire s’exhibe à calomnier les uns, une campagne à vouloir dire que je ne suis pour rien dans cette incongrue. Qu’on ne l’aime pas ou qu’on l’aime, cela n’est pas le problème, la juste immaturité politique réside dans cette carence de corpus.

Cette empoignade de gros gaillards sur la place publique est une chose qui n’aidera point le jeune président de la transition qui a des objectifs clairs pour le Tchad. Toute cette incontinence verbale, de ragots et autre niaiserie ne fera que fragiliser la position de Mahamat Idriss Deby dans sa transition et pour les objectifs avoués.

Les Tchadiens sont à un moment très sensible ou réussir comment sortir de leur histoire les préoccupent, alors que le peuple tchadien se cherche, et où la situation parait tendue. C’est à ce moment que certains responsables s’amusent à plomber la politique de leur patron.

Toutefois, en se comportant de la sorte, ils ne deviendraient absolument que les ennemis de la paix, du dialogue, et cherchent à se prépositionner pour d’éventuelle ambition. Tant pis si le président de transition perd tout simplement toute prérogative dans l’ambition de vouloir réussir sa transition correcte et apaisée.

Tous ceux dégivrés qui l’entourent ne sont pas là pour aider le PCMT

Tchadanthropus-tribune

1035 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire