Banque mondiale, Banque africaine de Développement (BAD), Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), les rouages de ces institutions n’ont point de secret pour le Tchadien Mahamat Djibrine Souleyman, promu Directeur général de la BEAC. Parcours.

Cadre de haut niveau, spécialisé dans l’analyse macroéconomique, l’expertise en finance de marché et le métier de banque, Mahamat Djibrine a une expérience notable aussi bien dans l’administration publique que dans la Banque centrale.

Sur le plan international, ce diplômé en Exécutive MBA finance IHFi de Paris, passé par la Sorbonne et l’INSEEC de Paris a eu à occuper des postes d’encadrement à différents niveaux dans sa carrière et ce depuis 2004. Sur la période, il a officié comme administrateur suppléant à la Banque mondiale et à la Banque africaine de Développement (BAD) où il a piloté le plan national de développement du Tchad horizon 2025.

Sur le plan national, il a occupé divers postes dans l’administration sur la période de 2004 à 2013.  Secrétaire général du ministère des Finances, Conseiller économique du Président de la République et Secrétaire général adjoint de la Présidence de la République, Mahamat Djibrine Souleyman a servi sa patrie.

En 2017, il regagne à nouveau la BEAC, où il a été successivement Directeur des systèmes et moyens de paiement, Directeur central en charge de l’informatique et Directeur central des opérations financières depuis avril 2017. Il est également membre du comité technique de la politique monétaire et vice-président du comité d’investissement.

C’est du poste de directeur central des opérations financières que ce père de famille de 50 ans est promu directeur général de la BEAC par les chefs d’Etat de la CEMAC ce 9 février.

 

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info

656 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire