Depuis quelque temps, plusieurs esprits malveillants s’attaquent à l’entreprise SOGECT-TCHAD pour des raisons perfides et de jalousies personnifiées. Plusieurs personnes, qui jadis travaillaient avec une entreprise étrangère faisant les mêmes sous-traitances, injectent des sommes faramineuses pour que des journalistes locaux à N’Djamena, bien connus de la place, écrivent des sujets à ternir les responsables de cette entreprise qui ont investi loyalement des budgets considérables jusqu’à descendre de moitié les tarifs des produits pour le bien-être de la population. Sur place d’autres personnes malveillantes chercheraient coûte que coûte à politiser cette affaire, qui à vue d’œil relève du privé et dont la traçabilité de la donation a été saine.

 

En dehors des journaux à N’Djamena, plusieurs députés ont été aussi approchés pour poser le problème au niveau de l’Assemblée nationale, d’autres ont voulu internationaliser le problème jusqu’à écrire aux radios et télévisions pour que ce problème puisse prendre une autre dimension.

 

Au Tchad, c’est la confusion totale, dans l’esprit de certaines personnes, on n’a pas le droit de travailler comme d’autres parce que l’on est d’une ethnie au pouvoir, ou alors la simple filiation au président actuel devrait vous enlever le droit de travailler pour votre pays, même si vous ne faites pas de la politique. Depuis que les cartes grises ont été numérisées, les citoyens doivent savoir que la société SOGECT-TCHAD dépense 600.000 euros en 3 mois sur les consommables des cartes grises. Les prix des cartes grises ont été ramenés de 75.000 FCFA à 37.000FCFA sur les camions et voitures à doubles cabines. Tous les tarifs sur les petites voitures ont aussi diminué de 10.000 FCFA. Pourquoi ne voit-on pas cela comme un avantage pour les bourses des contribuables tchadiens? Pourquoi n’admet-on pas que grâce à des tchadiens l’évolution des matières est croissante ? L’on attaque un compatriote simplement parce qu’il a l’opportunité de développer un secteur en faisant appel à l’intelligence des grandes entreprises européennes en la matière, et numéro 1 mondial dans la catégorie.

 

Pourquoi on ne s’est pas attaqué au système quand il y avait une personne d’origine étrangère qui faisait les cartes d’identité. Pendant 11 ans, personne n’a trouvé à redire et maintenant certaines personnes s’insurgent juste par jalousie.

 

Depuis le lancement, 2 millions d’euros ont été investis sur des nouvelles machines pour les cartes d’identité (MULBUER) sécurisées. L’avantage est que toutes ces pièces sont numérisées, et les prix ont diminué de moitié.

 

Les gens qui font cette cabale sont bien connus de la place. Beaucoup d’entre eux étaient des agents qui avaient travaillé dans ce secteur et qui grâce à la corruption dans les faisabilités des cartes grises et cartes d’identité, se sont grassement enrichis. Il faut juste voir entre les quartiers Moursal, Abena et autres, les villas construites, les belles voitures, l’acquisition des jardins aux périphéries de N’Djamena, et les villas à Maroua au Cameroun.

 

Il est évident que leur rente coupée, ces mêmes personnes se mettent à crier à droite et à gauche pour faire croire que tout est mauvais. Qu’il faut accabler et chahuter l’opinion interne en manipulant les opinions pour dire que le travail effectué est illégal.

 

Je dois aussi rappeler fort malheureusement qu’avant la privatisation des établissements des cartes grises et les cartes d’identité, l’état tchadien injectait chaque année 4 milliards pour en récolter que 900 millions par an. Voilà la vérité qui semble gêner  certaines personnes sur la réalité qu’entreprend la société SOGECT-TCHAD. Laissons nos compatriotes faire le travail et permettre à nos citoyens d’en bénéficier.

 

Le reste n’est que jalousie et propagande de mauvais augure.

  

Bahr Issa Sabour

Citoyen N’Djamenois

 

 

211 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article