De source digne de foi, Ahamat Issakha Diar n’avait pas mesuré l’étendue mégalo de son parent Idriss Déby pour se permettre d’être franc, croyant être entendu. Hélas, la voix de la sagesse n’avait pas prévalu.

Croyant justement être de bon conseil, Ahamat Issakha Diar s’est permis dans ses confidences de proposer au maréchal dictateur que face à la fronde dans le Dar Zakhawa d’une bonne partie de la population, il serait mieux d’apaiser la situation en libérant les prisonniers de l’UFR, d’annuler l’expédition de la garde nomade pour aller fouiller des armes au sein de la population. Par ces gestes la population pourra revenir à de bonnes conditions.

Ces conseils auraient déclenché l’ire du maréchal-dictateur Idriss Déby qui s’est exclamé ainsi « Je ne savais pas qu’il y a un mercenaire parmi nous. Faites-le sortir d’ici tout de suite “.

Le reste tous les Tchadiens ont bien vu la décision qui s’en est suivie. Au terme d’un décret N° 2122/PR/2020 du 15 octobre dernier, il est mis fin aux fonctions de Mr Ahamat Issakha Diar, assistant à la direction générale du protocole de la présidence, nommé par décret N° 2054/PR/2019 du 10 décembre 2019.

Contre la mégalomanie d’un dictateur, aucune sagesse n’est de mise. Un assistant a voulu lui faire entendre raison, mais Idriss Déby s’est laissé aveugler par sa rancune légendaire.

Tchadanthropus-tribune

2579 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article