Chaque jour qui est, les nouvelles qui parviennent à la rédaction sont diverses et variées concernant le 1er ministre d’Idriss Déby, Pahimi Padacké Albert. Idriss Déby n’a jamais trouvé aussi bandit, brigand et effronté comme Pahimi Padacké Albert. Il y a eu Youssouf Saleh Abbas, Emmanuel Nadingar, Dadnadji Djimrangar, Pahimi Kalzeubet, mais Pahimi Padacké Albert gagne toutes les médailles. Idriss Déby a beau cherché un motif d’éjection, impossible de le manœuvrer. Pahimi Padacké Albert derrière son air d’escargot a su manœuvrer même au sein du parti au pouvoir. Il a su mettre dans la poche certains députés influents du MPS qui déjouent à chaque fois qu’une charge se met en place pour l’interpeller. Dans l’administration, Pahimi a su placer ses hommes en doublures dans les régies de Finances, stratégie qui consiste à renflouer son parti grâce à un prélèvement annexe sur les recettes de l’État. Les recrutements se font sur certaines bases du parti du coq blanc quand le 1er ministre est informé. “Pourquoi eux ils le font, mais quand c’est nous qui le faisons on crie à la malversation “. Comprenez par si les proches de Déby le font, nous aussi on le droit – il n’a pas tort sur ce volet. Maintes plaintes des pontes du MPS comme Zène Bada auprès de Déby, mais rien ne fut fait. Certains conseillers de Déby ne sont de reste, ils dénoncent à plusieurs reprises les combines mercantiles de Pahimi auprès de Déby pour le prendre sur les faits, toujours sans succès. Il faut noter que l’indic du MPS dans les années 90 au sein de l’opposition a bien appris sa leçon, celle de se faufiler entre les lignes. Alors, pour ne pas ébranler un équilibre très fragile, Idriss Déby continue à escamoter son gouvernement. Un rapiéçage éphémère, car la réalité finira par le rattraper. Pahimi Padacké Albert à la primature, c’est parti pour durer… À suivre.

Tchadanthropus-tribune

3046 Vues