Une faute grave lors des présentations des vœux au président de transition au palais Toumaï.

Le président de transition, président de la république, chef de l’état, est en soi une institution de la république. Toutes entreprises ou démarches en son sein doit respecter des codes et préséances de qualité.

Lors des présentations des vœux des diplomates à la présidence de la république, un fait majeur a retenu l’attention des médias nationaux et les réseaux sociaux, et de nos compatriotes patriotes sauf la communication présidentielle qui a manqué d’attention en publiant une image sur son site, une image sur laquelle un diplomate américain s’est permis de saluer le chef de l’état avec une main dans la poche.

Est-ce que dans ce cas de procédure ce comportement est approuvé ? Est-ce que ce diplomate le ferait-il s’il est en face d’un président américain ?

Chose inquiétante, pourquoi les communicants de la présidence ont laissé sortir cette photo dans la presse ?

N’ont-ils pas en leur sein un organe de tri capable de déceler ces genres de bévues ?

De toutes les manières ce qui s’est passé ce jour n’est pas acceptable de tous les points de vues.

Primo, il faut convoquer ce diplomate pour lui expliquer que de tels cas ne sont pas acceptables et la légèreté avec laquelle il s’est illustré incombe à un départ du territoire national. Que le ministère des affaires étrangères fasse comprendre à ce diplomate que le Tchad ne peut être traiter de la sorte. Et qu’à l’avenir tous les diplomates se trouvant face à une institution de l’état doivent se conformer à un dress code exigeant.

Deuxio, la presse présidentielle doit observer la rigueur dans tout ce qu’elle publie concernant l’image du chef de l’état. La rigueur doit être de mise car le traitement des images mal émis peut impliquer plusieurs conséquences.

Le président d’un état est en soi une des institutions de la république. Les images le concernant, dans les publications officielles, ou encore dans toutes parutions par une instance officielle de l’état, ne doit porter préjudice ou par inadvertance nuire à l’image de ladite institution.

On ne doit pas s’amuser avec les sceaux de la république.

Tchadanthropus – tribune

1519 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire