Ce 1er avril à Bongor, le président tchadien a clos son avant-dernier meeting de campagne en accueillant Baba Laddé. Or l’ancien rebelle était encore en exil au Sénégal il y a quelques jours seulement… « Jeune Afrique » dévoile les dessous de ce revirement. 

Idriss Déby Itno (IDI) avait préparé son coup. Ce 1er avril, alors que son meeting de campagne touchait à sa fin, le président sortant, candidat à un nouveau mandat le 11 avril prochain, a fait monter sur scène un invité spécial : Baba Laddé, originaire du Mayo-Kebbi Est dont Bongor est la capitale. Ce dernier n’a toutefois guère eu le temps de s’éterniser. Après avoir pris le micro et s’être présenté en une phrase, il est redescendu de la tribune en compagnie du chef de l’État.

Rideau.

À LIRE: De Yaoundé à Dakar, les pérégrinations de Baba Laddé, l’ex-rebelle tchadien qui veut défier Déby Itno

Selon nos informations, l’ancien rebelle était pourtant encore au Sénégal un peu plus de 48 heures avant le meeting. Réfugié à Dakar après avoir fui N’Djamena et être passé par le Cameroun, le Nigeria puis le Bénin, il s’était plaint – à chaque étape – d’être persécuté par le régime tchadien et avait même tenté de se présenter à l’élection présidentielle, sans succès puisque la Cour suprême avait invalidé son dossier de candidature.

Messages discrets entre N’Djamena et Dakar

Ce n’est que le 30 mars que Baba Laddé a pris un avion à Dakar en direction de N’Djamena, où il a atterri vers 8 heures du matin. Le lendemain, il a pris le chemin de Bongor, ville frontalière du Cameroun et capitale du Mayo-Kebbi Est.

Pourquoi un tel revirement ? Selon nos sources, des proches d’Idriss Déby Itno – au sein de sa famille et de son cabinet – ont pris les choses en main aux alentours de la mi-mars pour négocier avec Baba Laddé.

À LIRE: Présidentielle au Tchad : le plan de sortie que l’opposition propose à Idriss Déby Itno

Des messages ont ainsi été envoyés à l’ancien rebelle depuis N’Djamena par le biais du consul du Tchad à Dakar. Objectif : sceller une réconciliation et obtenir de Laddé qu’il participe au meeting de Bongor (où il est populaire) et qu’il se range avec son parti derrière la candidature d’IDI, ce que l’intéressé a accepté. Début avril, il animera même plusieurs meetings dans le sud du Tchad pour le compte du candidat du Mouvement patriotique du salut (MPS).

Objectif législatives pour Baba Laddé

De son côté, Baba Laddé espère revenir en grâce à N’Djamena, où il souhaite faire son retour dès ses nouvelles obligations électorales remplies. L’ex-chef de milice peule, qui a combattu au Tchad et en Centrafrique, ne serait pas contre une nomination dans l’appareil sécuritaire ou administratif (il a d’ailleurs déjà été préfet), mais pense surtout à l’avenir du Front populaire pour le redressement, son parti.

À LIRE Présidentielle au Tchad : Idriss Déby Itno, ou les six vies du maréchal

L’ancien rebelle mise ainsi sur un rapprochement avec le MPS pour obtenir des accords lors des prochaines législatives, où il ambitionne de faire élire plusieurs députés. S’il obtenait satisfaction, Baba Ladé abandonnerait les poursuites qu’il entendait engager devant la Cour africaine des droits de l’homme à la suite du refus de son dossier de candidature à la présidentielle.

Le président sortant et son tout nouveau soutien devaient se rencontrer pour discuter discrètement de cet accord politique ce 1er avril à Bongor. Idriss Déby Itno (qui y dispose d’une résidence), accompagné de la première dame Hinda Déby Itno ou encore de son fils Abdelkrim Idriss Déby, y a passé la nuit après avoir effectué son avant-dernier rassemblement de campagne dans la matinée. Mais cette entrevue a été annulée à la dernière minute, le chef de l’État ayant préféré, dans le cadre de sa campagne, se consacrer aux notables de la région. Le rendez-vous devrait avoir lieu plus tard à N’Djamena.

Jeune Afrique.com

837 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire