Annoncés jeudi soir, les résultats provisoires de l’élection présidentielle créditent le président de la transition de 61,03 % des suffrages exprimés. Quelques heures plus tôt, son principal adversaire, Succès Masra, avait revendiqué la victoire.

Selon les résultats provisoires annoncés ce 9 mai dans la soirée par l’Agence nationale de gestion des élections (ANGE), Mahamat Idriss Déby Itno a recueilli 61,03 % des suffrages à l’issue du premier tour de la présidentielle, organisé lundi 6 mai.

Son Premier ministre, Succès Masra, président du parti Les Transformateurs qui briguait lui aussi la magistrature suprême au Tchad, arrive en deuxième position avec 18,53 % des voix. Troisième homme de ce scrutin, Albert Pahimi Padacké obtient pour sa part 16,91 % des suffrages. Le taux de participation s’élève officiellement à 75,89%. Ces chiffres doivent encore être validés par le Conseil constitutionnel.

« Je suis désormais le président élu de tous les Tchadiens », a déclaré dans la nuit Mahamat Idriss Déby Itno dans un très bref discours télévisé, promettant de mettre en oeuvre ses « engagements ».

Manifestations de joie près du palais

Peu après l’annonce de l’ANGE, des militaires ont tiré en l’air à l’arme légère à N’Djamena dans le quartier où siège le parti de Succès Masra, et les rues ont vite été désertées. Près du Palais présidentiel en revanche, de nombreux partisans de Mahamat Idriss Déby Itno ont célébré sa victoire.

Plus tôt dans la journée, Succès Masra avait affirmé avoir remporté « la victoire au premier tour ». Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, il avait salué la victoire « du changement sur le statu quo ». « La victoire est éclatante et sans tache », avait-il clamé, affirmant que son adversaire allait annoncer qu’il avait « remporté » la présidentielle et tenter de « voler sa victoire au peuple ».

Opposant farouche devenu Premier ministre en janvier dernier, Succès Masra avait à tout le moins espéré contraindre Mahamat Idriss Déby Itno à un second tour. Ce dernier, à la tête de la transition depuis la mort de son père, le général Idriss Déby Itno tué en allant affronter des rebelles en avril 2021, s’était dit convaincu de pouvoir l’emporter en « un coup K.-O. ».

Le scrutin s’est globalement déroulé dans le calme. La Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) a salué son bon déroulement, en dépit des accusations de fraude. Au total, dix candidats étaient en lice, mais le président de la transition et son Premier ministre, tous deux âgés de 40 ans, étaient les deux grands favoris de cette élection.

Jeune Afrique

461 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire