Idriss Déby serait choqué des conditions de détentions des prisonniers, il a ordonné la libération des détenus. Au cours de cette visite, Idriss Déby a discuté de vive voix avec les prisonniers sur le mobile de leurs arrestations. Il avait à ses côtés, le ministre de la Justice, Professeur Ahmat Mahamat Hassane et le Secrétaire général de la Présidence de la République, Monsieur Djimet Arabi.

La toute première visite d’Idriss Déby en milieu carcéral en 27 ans de pouvoir lui a permis de constater de visu, les réalités que vivent, les prisonniers. Sa visite inopinée ce 18 novembre à la prison centrale d’amsinéné de N’Djamena lui a permis, d’avoir une idée précise sur les conditions de détention et de vie des prisonniers incarcérés pour tel ou tel délit et reconnus coupables ou non, devant les juridictions compétentes. Il a déploré, la promiscuité, le manque d’hygiène corporelle, vestimentaire et alimentaire des prisonniers et le caractère ô combien insalubre de la maison d’arrêt d’amsinéné où croupissent, environ 2000 détenus pour la plupart des prisonniers de droit commun. Déby aurait visité coin par coin, les différentes cellules des mineurs, des femmes et des hommes, la fameuse cellule appelée communément « conteneurs », la mosquée et l’église de la prison, la cuisine, la pompe d’alimentation en eau potable des prisonniers, l’infirmerie qui manque de médicaments, et les latrines aux odeurs nauséabondes.

“D’un œil très attentif il a posé plusieurs questions aux prisonniers sur les raisons de leurs arrestations et la nature de leurs délits qu’il s’agisse des cas de vols, viols, meurtres ou tout autre crime”, selon la Présidence des Itno.
Pour Idriss Déby, la prison, véritable lieu de réflexion et d’éducation civique pour une réinsertion sociale est fait pour corriger certains manquements et comportements nuisibles à la société. Les condamnés doivent purgés leur peine conformément à la loi, car nul n’est au-dessus de la loi a souligné, le Président de la République.

Idriss Déby aurait déploré la lenteur judiciaire qui explique que beaucoup de personnes, considérées comme de présumés innocents croupissent depuis 2 ans, 3 ans voir 5 ans à la prison d’Amsinéné par la faute des magistrats ou de leurs avocats, car les dossiers ne sont jamais examinés. Le Président de la République ne demande en ce sens qu’à la justice de faire son travail en toute impartialité. Face à cette situation aux conditions de détention exécrables, Il aurait séance tenante, donné des instructions fermes au ministre de la Justice Ahmat Mahamat Hassane, de procéder à la libération immédiate des mineurs et des femmes allaitantes en détention préventive sans aucun jugement pour leur mise en liberté. Déby aurait donné des conseils aux prisonniers de la maison d’arrêt d’Amsinéné pour un changement de comportement. Ce qui leur éviterait, en tout état de cause, la prison. Face à l’exigüité des locaux de la prison d’amsinéné, la nouvelle prison centrale de Kalsoum est en chantier, dans la banlieue – est de N’Djamena.

 

Tchadanthropus-tribune

1896 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article