Crée sous le nom de Festival de Mode et des Traditions Tchadiennes ( FESMOTT), le styliste créateur de mode tchadien Hisseine Adamou Camara, après sa participation en novembre 2017 à Cotonou, au Sommet du Stylisme et des créations Africaines rentre à N’Djamena avec la promesse de recevoir le sommet du stylisme et des Créations Africaines l’année suivante à N’Djamena.

Dès décembre 2017 le challenge était d’offrir aux pays participants et au peuple tchadien un des plus grands événements pour mettre en avant toute la culture tchadienne dans sa diversité. Les matières brutes et raffinées dont dispose le Tchad – les différents tissus, pagnes, styles des peuples, coiffures, parrures, brefs les différences culturelles des peuples. Dès févriers 2018, en collaboration avec l’association Tchdienne des couturiers formateurs et des tchadiens de bonne volonté, un comité de réflexion et d’organisation a été mis sur pieds. Sous l’égide de Monsieur Djibert deux agents du Ministère ont rejoins le comité de réflexion, puis après avec la ministre Mme Arjoune Djalal, et ensuite Mme Madme Madeleine Alingué plus tard et ministre actuel de la culture.

En mars déjà, des voyages d’exploration ont été entamé à l’intérieur du pays afin de proposer de façon la plus authentique possible les cultures des peuples – le tout à exposer dans le village artistique du Festival et équiper à la fin de l’événement le musée national par des matières pleines d’histoire. Le lieu à abriter le village choisi était la place de la nation.

Quand le travail fut présenté à la toute nouvelle ministre de la culture madame Madeleine Alingué, tout de suite une situation de blocage et de mauvaise foi a pris forme empêchant tout parrainage de l’événement par le ministère en charge de la culture. Il n’y a eu aucune réponse, et tout appui fut réfuser. Face à cette situation qui ne fait que perdurer, le parrainage fut demandé directement au président de la république, qui à son tour renvoi les organisateurs vers le ministère de la culture qui fait persister ses propres plans.

En continuant d’Insister et sans aucun espoir, la première dame accorde son parrainage. Et c’est en ce moment que madame la ministre Madeleine Alingué sort de sa tanière pour supprimer les activités du Festival, les condenser en quelques heures, puis tout récupérer afin de réaliser un autre plan sous la forme du Festival Dary.

Nous étions tous surpris de découvrir que la dame qui refusait tout appui, avait reçu l’ordre de la présidence à verser 20 000 000 Fcfa au comité pour l’organisation du Festival, chose dissimulée auparavant ! Nous vous enverrons en image toute la magouille, et tous le travail réalisé par notre comité de réflexion et d’organisation.

Correspondance particulière

Tchadanthropus-tribune

 

1773 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article