Le projet de budget général de l’État pour 2024 au Tchad prévoit des recettes de plus de 2 000 milliards de FCFA, avec un accent sur la mobilisation des recettes non pétrolières et la maîtrise des dépenses courantes. Les hypothèses macroéconomiques incluent un cours du Brent à 85 USD le baril, une production pétrolière de 148 226 barils/jour, et un taux de change de 625 FCFA pour 1 USD.

Cependant, bien que le solde budgétaire soit positif, pour les conseillers nationaux, il ne couvre pas entièrement les amortissements de la dette, et c’est ce qui va conduire le gouvernement à envisager diverses sources de financement, notamment des prêts projets et des émissions d’obligations.

Les conseillers nationaux, qui ont critiqué le projet de budget pour 2024, ont relevé plusieurs points. D’abord, ils se sont interrogés sur la dépendance continue aux revenus pétroliers malgré les initiatives visant à diversifier les recettes. Aussi, pour eux, la projection d’un excédent budgétaire de 54,824 milliards de FCFA est insuffisante pour couvrir les amortissements de la dette publique, soulevant des inquiétudes quant à la viabilité financière à long terme.

De plus, le recours à des sources de financement externes, tels que des prêts et des émissions d’obligations, ont suscité des préoccupations quant à l’impact sur la dette nationale et les conditions associées à ces emprunts.

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info

534 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire