Le procureur général près la cour d’appel de Sarh, Allaraketé Sanengar a fait un point de presse, vendredi, relatif aux audiences criminelles qui se sont déroulées du 03 au 06 avril 2023 à Sarh, chef-lieu de la province du Moyen-Chari.

Au cours de ces audiences, selon le procureur général près la cour d’appel de Sarh, plusieurs dossiers ont été examiner par la cour. Sur 13 dossiers, 12 ont été vidés et un seul a été renvoyé pour complément d’information.

 

Sur les 12 dossiers jugés il y a : 03 affaires d’assassinats , 03 dossiers de meurtre, 04 dossiers de viol, 01 dossier de vol, 01 dossier de traite des personnes. Ces dossiers ont concerné 29 accusés et les résultats des jugements donnent : une condamnation à 2 ans d’emprisonnement ferme, deux condamnations à 03 ans d’emprisonnement ferme, une condamnation à 05 ans d’emprisonnement ferme, deux condamnations à 07 ans d’emprisonnement ferme, six condamnations à 10 ans d’emprisonnement ferme, sept condamnations à 15 ans d’emprisonnement ferme, huit condamnations à l’emprisonnement a vie, et deux acquittements.

 

Concernant l’affaire de Sandana en 2019, après toutes les procédures suivies, le dossier de l’attaque a été clôturé et jugé par la cour d’appel de Sarh siégeant en chambre, le 04 avril 2023. Des condamnations sont tombées dont 04 personnes condamnées à 10 ans d’emprisonnement ferme, 04 autres condamnées à l’emprisonnement a vie, et un acquittement au bénéfice du doute.

 

La cour a décerné par la même décision mandat d’arrêt contre ceux des personnes qui n’avaient pas été présentées à la justice mais qui ont été condamnées parce que leur implication dans le massacre ne souffre d’aucun doute. Ceci signifie que le dossier des tueries de Sandana 2019 est déjà jugé et donc terminé.

 

Dans la seconde épisode Sandana 2022, c’est l’une des personnes recherchées pour les tueries de 2019 qui a été retrouvée morte sur un sentier menant à Sandana, le 09 février 2022. Ses proches qui soupçonnent les habitants de Sandana de l’avoir tué se sont organisés pour aller attaquer le village faisant plusieurs morts et des blessés, détruisant et enlevant des biens. Selon le procureur général, Allaraketé Sanengar, le dossier de cette affaire est en cours d’instruction et en phase de clôture.

 

Par ailleurs, la cour a prévu poursuivre cette audience criminelle du 10 au 14 avril 2023 à Koumra et Moissala pour juger les accusés détenus dans ces localités mais elle s’est heurtée à des difficultés de finances et a du suspendre cette activité.

 

Le Tchadanthropus-tribune avec Ndjam post

1577 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire