En nommant un nouvel ambassadeur au Qatar, la diplomatie tchadienne espère encourager Doha à s’investir dans le financement du programme DDR. Mais avant de décaisser le moindre centime, l’émirat attend de constater les « avancées politiques » de Mahamat Idriss Déby avec les groupes rebelles signataires.

Le Qatar financera-t-il le programme de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) tchadien ? Six (6) mois après la signature de l’accord de Doha entre l’Etat tchadien et 52 mouvements rebelles, l’émirat n’a pas décaissé le moindre centime. La diplomatie qatarienne conditionne toute participation financière aux gages donnés aux groupes rebelles signataires par le président de la transition tchadienne, Mahamat Idriss Déby.

Pour l’instant, en dépit d’une ouverture a minima, le Qatar juge l’intégration insuffisante et les signaux envoyés à ces derniers trop faibles pour endosser le programme DDR. Surtout, il s’inquiète devant le risque de « radicalisation » d’une poignée d’opposants exclus du dialogue national, tels que le Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT) du rebelle Mahamat Mahdi Ali, toujours présent dans le Sud libyen, ou encore le mouvement Les Transformateurs de l’opposant Succès Masra, en exil aux Etats-Unis.

Rencontre Kogri/al-Misnad

L’émirat devait en théorie accueillir au premier trimestre 2023 la première session de travaux du comité de suivi du dialogue national tchadien entre N’Djamena et les différentes parties signataires (initialement programmée le 16 octobre), mais, pour le moment, rien n’indique que ce calendrier pourra être respecté. Le sujet a été évoqué en janvier directement entre Mohammed bin Ahmed al-Misnad, le Monsieur Sécurité de l’émir qatarien Tamim ben Hamad al-Thani, et Ahmed Kogri, le patron de l’Agence nationale de sécurité (ANS) tchadienne.

En coulisses, Doha plaide pour l’organisation de nouvelles consultations avec les principaux groupes signataires, préalable à tout décaissement de l’émirat dans le DDR. N’Djamena, pour sa part, ne souhaite pas voir impliquer dans les discussions Djibrill Yipènè Bassolé et Moustapha Limam Chafi. Les deux hommes, sollicités par Doha, avaient été au centre des négociations marathon menées entre mars et août 2022 au Qatar.

Le 8 février, le nouvel ambassadeur qatarien au Tchad, Talib bin Mohammed al-Mankhas(ex-chargé d’affaires en Uruguay), a d’ores et déjà rencontré le président du Conseil national de transition (CNT), Haroun Kabadi, pour prendre les doléances de cet organe qui joue le rôle de Parlement de la transition.

Valse d’ambassadeurs dans le Golfe

De son côté, pour reprendre le fil de sa relation avec le Qatar, N’Djamena a procédé fin janvier à la nomination d’un nouvel ambassadeur dans le pays : Daoussa Idriss Déby, fils de l’ancien chef d’Etat Idriss Déby Itno et demi-frère de l’actuel président Kaka. Il vient remplacer Ali Sossal Brahim, ex-directeur juridique du ministère des affaires étrangères, qui avait été posté début 2022 à Doha en prévision de l’organisation du pré-dialogue.

La mission s’annonce sensible pour Daoussa Idriss Déby, tout juste âgé d’une trentaine d’années. D’autant plus qu’une poignée de figures du premier cercle du président tchadien se montrent de plus en plus critiques à l’endroit de l’émirat. En bons tacticiens, ils plaident désormais pour une intervention d’Abou Dhabi dans le programme DDR, espérant pouvoir faire jouer la rivalité entre les deux pays du Golfe. Kaka compte parmi ses conseillers plusieurs figures encore très connectées à Abou Dhabi, comme son conseiller spécial Abakar Manany.

Le Tchad a d’ailleurs également changé son ambassadeur aux Emirats, avec la nomination de Kedella Younous Hamidi, jusqu’ici en poste à Paris. Il prend la suite de Zakaria Idriss Déby. Le fils de l’ancien président tchadien avait été le premier ambassadeur à Abou Dhabi en 2018 : auparavant, le Tchad s’appuyait sur un simple consulat à Dubaï.

Tchadanthropus-tribune avec Africa intelligence

2824 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire