Ce n’est plus un secret de polichinelle. Depuis leur arrivée à Doha, les opposants politico-militaires et leurs leaders sont habitués malgré eux à rencontrer des soi dits coopérants dans les mêmes lieux d’hébergements où ils résident.

Entre l’hôtel palace ROTANA et le Marriott JW, plusieurs entités étrangères sillonnent à longueur de journée les allées des hôtels pour voir qui rencontre qui, et qui est en contact avec qui.

Cette attitude démontre la pertinence du problème tchadien qui intéresse plusieurs capitales étrangères. On y rencontre des Français, des Américains, des Israéliens entre autres. Les fonctionnaires du Quai d’Orsay et quelques stagiaires rencontrent et consultent d’ailleurs à la vue de tout le monde les différents représentants des groupes politico-militaires et alliés.

Confidences et écoutes

Dans ce cas de figure, les communications doivent être mesurées, car s’il y a un tel engouement pour un dialogue entre tchadiens, certainement les communications des politico-militaires sont écoutées et analysées, y compris celles de la délégation gouvernementale. Le problème tchadien est certes complexe, mais si entre Tchadiens déjà tout est scruté, ce qu’il y a des télécommandes ailleurs qui influeront sans doute sur les résultats.

Tchadanthropus-tribune

828 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire