Vue la cruelle injustice qui s’est passée à la raffinerie de Djarmaya, pourquoi les plus hautes autorités du pays gardent-elles le silence ? En résumé, l’ex DGA de la raffinerie a eu le courage de recruter plus de 100 jeunes tchadiens dans l’objectif de nationaliser la Raffinerie de Djarmaya et surtout les postes des Techniciens et Opérateurs en novembre 2017 via le cabinet Consulting Africa.

Ceci conformément aux accords de « joint-venture » le Tchad à travers la SHT et la Chine à travers la CNPC. Le procès-verbal de négociation du 04 au 09 février 2012 il avait été prévu la réduction progressive de l’effectif des employés chinois et l’augmentation graduelle de l’effectif des employés tchadiens. Ainsi, c’était en date du 27 novembre 2017 qu’à travers un cabinet d’expertise Africa Consulting 127 candidats étaient retenus pour être embauché par la raffinerie suite à un concours rigoureux. L’intégration de ces jeunes au sein de la raffinerie s’est fait par la signature d’un contrat CDD de 6 mois pendant lequel ils étaient mis à la disposition d’une Institution Internationale siégeant au Maroc dénommée IRA (Institut de Régulation et d’Automation) pour une formation préalablement théorique suivie des évaluations écrites hebdomadaires. Arrivée à l’échéance, ils étaient déclarés compétents. Raison pour laquelle un autre contrat CDD de 6 mois leur était présenté, une fois de plus ils étaient mis à la disposition de ‘IRA’ pour une formation sur terrain.

Cette phase fut sanctionnée par un rapport individuel approuvant leur compétence et aptitude à travailler. Ainsi, ils avaient signé un CDD d’un an entant qu’employés normaux de ladite raffinerie et ils étaient affectés définitivement dans leurs unités respectives où ils y travaillèrent pendant plus d’un an. Pendant ce temps de travail normal, ordinaire au même titre que leurs collègues chinois, régulièrement évalués dans le cadre régulier de performance, rien ne leur avait été reproché. Comme prévu et grâce à la volonté et détermination de ces 127 nouveaux employés, certains postes sont nationalisés (100 % tchadiens) et d’autres en cours.

Le « transfert de technologie » était bien visible. Déjà par cette évolution rapide et l’assiduité des Tchadiens, 50 Chinois devront rentrer en ce mois de décembre 2019 pour laisser les places aux nationaux. Cependant, en attente de leur CDI, Madame Valérie Commelin accède à la tête de la Raffinerie comme Directrice générale Adjointe. Aussitôt arrivée, elle met en cause toutes les réalisations de son prédécesseur et met en marche une machine de destruction des employés nationaux. Cependant, arrivée à un mois de la nationalisation de tous les postes des techniciens et opérateurs, mais aussi à un pas de leurs contrats CDI, la direction de Valérie avec ses complices demande à IFP d’évaluer tous les employés nationaux y compris les nouveaux. C’était une seule épreuve d’ordre général (les mécaniciens, les électriciens, les instrumentistes, les raffineurs, les laborantins, traitements des eaux, stockage), avaient composé pendant 4 jours successifs. La Direction générale trouva donc un moyen pour en faire usage, foulant au pied les évaluations légitimes faites par les supérieurs hiérarchiques directs (Chinois et Tchadiens), évaluations qui prennent en compte les critères universels et classiques tels que : la ponctualité au travail, l’attitude au travail, suivi des règles de sécurité, conditions sanitaires, qualité du travail, habilité et performances diverses, le rendement et la culture générale. C’est ainsi que plus de 60 employés apprenaient sans aucune forme d’explication le non-renouvellement de leurs contrats qui viennent d’avoir fin le 25 novembre 2019. La direction de cette Commelin avait beaucoup plus ciblé les unités stratégiques où les employés tchadiens y travaillent normalement et de façon indépendante pour les évacuer dans le simple but de retarder le processus de transfert de technologie et la nationalisation des postes contenus dans les accords.

En complicité avec Allafi Emmanuel Nadingar Directeur des Ressources humaines et Menal Zakaria Chef de Département des Ressources humaines. Cet acquis de nationalisation risquerait de s’effriter sous ce regard silencieux des autorités. Alors, lançons nos cris de cœur, nos alertes dénoncent cette injustice. Interpellons les plus hautes autorités du pays.

En plus les inspecteurs du travail avaient effectué une descente sur terrain, mais là l’administration générale et la ressource humaine de la raffinerie n’avaient pas fourni des preuves des tests de la part de l’IFP

Donc c’est complot qui était mis sur pied pour écarter les nationaux au profit des Chinois

Correspondance particulière

Tchadanthropus-tribune

3722 Vues

  • Rien n’est clair au Tchad. Il se peut qu’ils n’ont pas rempli les critères d’intégrer une institution scientifique comme la raffinerie. Souvent c’est lorsque licencie pour incompétence que nous autres sommes informés d’un recrutement qui serait passé en silence.
    C’est mon hypothèse.

    Commentaire par Nangkeré Osias le 23 décembre 2019 à 8 h 38 min
  • L’ennemi de l’Africain c’est l’Africain que la lumière soit faite

    Commentaire par Adaram Jean le 23 décembre 2019 à 8 h 58 min