Cela fait plusieurs jours que les faits bruissent sous cape à N’Djamena. Depuis lundi dernier la capitale tchadienne Ndjamena connaît un problème de pénurie de carburants à cause de l’égo non maitrisé d’un des enfants d’Idriss Déby. L’on nous dira qu’assez souvent nous les reprenons avec des index abjects et dénonciateurs, mais une partie de cette fratrie ne reste pas en place, et profite de manière morganatique de la position de papa.

 

Pourquoi une pénurie de carburant ? À l’origine de cette situation demeure le comportement puéril d’un des fils du généralissime-président dictateur.

En effet, le nommé Seid Idriss Déby Itno de surcroit directeur général adjoint à la raffinerie, avait profité de l’absence de son DG (directeur général) parti en vacance pour procéder au recrutement de ses amis et certaines connaissances aux contours louches. Un recrutement sans aspect de concordance avec les obligations du DRH ni les profils de compétence exigée. L’aspect clientélisme pendait au nez de ce César médiocre.

 

Au retour des vacances dudit DG, celui-ci constate avec effarement le nombre pléthorique des agents, et demande au fameux Seid Idriss Déby Itno l’annulation de ce recrutement qui n’obéît à aucune urgence, et qui risque grandement d’affecter le budget établi. Les Chinois de la boite décident de ne pas se mêler de ce tiraillement qui n’a rien à voir avec l’aspect technique qui les concernent.

 

De son côté, d’après une source plus que digne de foi, précise que le fiston refuse de s’exécuter et doigte son supérieur hiérarchique par un murmure insolent. À croire que l’exécutif de la boite c’est lui – il n’a pas tort puisque les tchadiens dans leur ensemble se courbent pour les Itno -.

 

Le Directeur général pour sa part laisse faire, il évite l’affrontement direct et attend tout ce beau monde au tournant. Au jour de la paie, il refuse de payer le salaire de ces nouveaux recrus. Seïdo de son nom singulier décide alors de monter le personnel contre son chef, et les derniers recrus made in Seïdo utilisent la manière forte pour séquestrer le DG (Directeur général). Les autres employés chinois par solidarité à leur chef décident de bloquer le logiciel de ravitaillement. Les conséquences ne sont pas de moindre, et la pénurie s’installe. Cette pénurie finit par créer une montée des prix de l’essence dans toute la ville de N’Djamena.

 

Comment voulez-vous que la raffinerie ne soit considérée comme un bien familial, sinon comment comprendre que la maman de ce Seïdo, qui est propriétaire de l’entreprise (Global) puisse bénéficier d’une remise de 15 francs CFA par litre d’essence et de Gasoil auprès de la raffinerie alors qu’aux autres fournisseurs on leur applique le tarif normal. Pourquoi ce passe-droit ? Est-elle plus tchadienne que ses autres compatriotes ? Où simplement parce qu’elle est la mère d’un des enfants de Déby ? En plus de cela, cette dame vend à la population en rajoutant 15 FCFA sur le litre. Pourquoi voulez-vous que de telles méthodes n’offusquent pas les Tchadiens ? Ce n’est que question de Justice sociale et de droits.

 

Chacun d’entre-nous quand il porte certaines responsabilités, il doit réfléchir à ses actes et les conséquences que cela rapporte aux autres compatriotes. Malheureusement, plusieurs de ce soi-disant cadre ne se distinguent que par l’arrogance et l’incompétence. Ainsi, au fur et à mesure, du Tchad, il n’en restera rien. Pauvre Tchad.

 

Tchadanthropus-tribune

3812 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article