De source concordante, et selon un officier du régime CMT qui requiert l’anonymat, l’armée tchadienne digère très mal ce qu’elle considère comme un affront l’attaque des FACA et leurs alliés russes contre la quinzaine des militaires tchadiens ayant fait 6 morts dont 5 soldats exécutés sommairement alors qu’ils sont considérés comme prisonniers de guerre.

Selon nos sources, la partie tchadienne a pu avoir toutes les communications des FACAS et leurs alliés russes. C’est ce qui explique l’assurance des termes du ministre des Affaires étrangères Chérif Mahamat Zène quand il parle d’attaque préméditée et avérée.

Il est établi aussi selon la même source, qu’après cette attaque les FACAS auraient fait descendre le drapeau tchadien de son mat pour le déchirer et le brûler.

Si toutes ces informations recoupées sont établies, cela constitue un acte très grave, et un affront qui restera quoi que les diplomaties africaines font des mains et pieds pour surtout calmer les ardeurs de la partie tchadienne.

Depuis lundi dernier et jusqu’à ce mardi 1er juin 2021, l’état-major tchadien a renforcé le long de la frontière entre le Tchad et la Centrafrique. Des blindés sur plusieurs portes-chars ont été aperçus en direction de la frontière avec la RCA, et plusieurs colonnes de l’armée avec des escadrons sont aperçues faisant route vers la frontière. Il se dit que l’armée tchadienne veut absolument laver cet affront quoi qu’il en soit.

Il faut le dire avec fermeté que nous sommes résolument opposés aux régimes en place qui sévit malheureusement depuis 30 années dans notre pays.

C’est ce régime et sa continuité actuelle qui est en partie la cause de la déstabilisation de la RCA jadis, avec la politique de terre brulée qu’a exercée Déby père.

À cet effet, toute l’opposition tchadienne, la société civile et les diverses associations de droits de l’homme ont de tout temps dénoncé cette forme d’immixtion dans la politique centrafricaine à travers certains fils de la RCA.

Mais, en aucune façon il est possible pour nous, tchadien, de quel bord que ce soit, d’accepter qu’une force extérieure vienne au Tchad et exécuter des compatriotes comme cela s’est passé, car tout tchadien qui tombe c’est le Tchad qui perd un de ses fils.

Opposant ou pas, aucun tchadien, fier de l’être ne peut accepter cela, quelles que soient les formes d’opposition inter tchadiennes.

Tchadanthropus-tribune

2983 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire