Désigné facilitateur de la CEEAC dans la crise tchadienne, Félix Tshisekedi poursuit ses consultations en coulisses. Le président congolais est attendu à N’Djamena.
Déjà accaparé par la diplomatie sous-régionale et le conflit avec le M23 dans l’est de la RDC, Félix Tshisekedi, par ailleurs attendu en Chine à la fin du mois de mai, œuvre en parallèle sur le dossier tchadien.
Le 25 octobre dernier, lors d’un sommet Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) organisé à Kinshasa, le président congolais avait été désigné « facilitateur » dans la crise tchadienne. Cette médiation lui avait été confiée dans la foulée des manifestations meurtrières du 20 octobre 2022 contre le maintien au pouvoir de Mahamat Idriss Déby Itno.
Succès Masra…
Depuis, il multiplie les contacts avec les protagonistes de cette crise. Le 2 mai, il a notamment reçu l’opposant Succès Masra. Installé aux États-Unis depuis les manifestations d’octobre, l’économiste, patron du parti les Transformateurs, s’est brièvement rendu à Kinshasa pour évoquer les possibilités de sortie de crise et les conditions d’un éventuel retour au Tchad.
… et le Fact
Auparavant, Félix Tshisekedi avait aussi pris langue avec les rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (Fact), le mouvement de Mahamat Mahdi Ali dont les troupes menaient l’offensive en direction de la capitale, en avril 2021, quand Idriss Déby Itno a trouvé la mort.
Le 15 mai, Félix Tshisekedi se rendra à N’Djamena pour faire le point avec les autorités tchadiennes sur ces récentes discussions. À l’occasion de ce déplacement, il s’entretiendra avec son homologue, Mahamat Idriss Déby Itno.

Jeune Afrique

1915 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire