Très gêné par la montée spectaculaire et exponentielle de popularité du President Mahamat Allahou Tahir, président du Rassemblement pour le Démocratie et le Progrès (RDP), suite à sa position épique et stoïque dans la crise sociale que traverse le Tchad, le sieur Moussaye sans Avenir, peut-être même pas de la Tchiré, a hâtivement mis sa machine de fabrication des mensonges cuits en marche, se cachant derrière un certain Martin Inoua Doulguet, apprenti laquais du trash Journalism et colporteur des Fake news.

Profitant de l’engouement des journaux de la place et d’ailleurs, mais aussi et surtout des internautes sur le réseau social, pour commenter et saluer le courage du President Allahou, en se campant sur sa position, droit dans ses bottes, pour défendre les principes et les idéaux sublimes du RDP, le sieur sans Avenir, se jette subitement dans le débat, comme une mouche conçue à la recherche d’un pondoir, apparemment, dans le but de gâter la sauce, mais les lecteurs ne sont dupes.

 

Par un article, bizarrement intitulé : « le président contesté du Rassemblement pour le Démocratie et le Progrès (RDP), Mahamat Allahou Tahir, a été déguerpi comme un malpropre du gouvernement pour avoir refusé de signer l’arrêt de mort des fonctionnaire qu’Abdoulaye Sabre Fadoul a voulu lui imposer », dans son journal de dévergondage et des ragots, appelé aussi à juste titre, Abba Garde (dans son N° 191 du 30 janvier ai 10 février 2018), le sieur sans Avenir, en perte cruelle de crédibilité, a voulu être pertinent dans le media en essayant d’être objectif mais son passé de journaliste taxi l’a trahi. Sinon quel lien y a-t-il, à ce moment précis, entre les événements de la 6ème Convention du RDP tenue depuis une année et la crise sociale actuelle.

 

Dans le premier paragraphe dudit article, le sieur sans Avenir était littéralement obligé, obligé malgré lui, de reconnaitre que « Contrairement aux autres cadres qui baissent la culotte devant les ministres zélés, cet homme [le Président Allahou, héritier légendaire de la lutte d’Allahou Senior] plein d’ambitions politiques a refusé de sacrifier sa carrière au profit du plaisir que tout membre du gouvernement est tenu de faire au chef. La nouvelle de son refus de signer 50% des augmentations générales spécifiques a été rapportée [par le Premier Ministre] au président Deby qui n’a pas hésité de le virer sec. Allahou a refusé de signer l’acte parce que c’est Abdoulaye Sabre, ministre des Finances qui prépare l’arrêté et lui ordre de signer ». C’est exactement ce qui s’est passé, et normalement c’est à l’actif du président Allahou, qu’en déplaise aux renégats aux abois et aux journalichards au désarroi.

 

Curieusement, le sieur sans Avenir fait un virage à 180 degrés, en pleine vitesse de croisière ! Comme il reste, apparemment, encore redevable à son client qui n’est autre que le ministre Assane Nguéadoum qui l’a contracté pour lui porter, à l’image d’une mère porteuse (comme dans le système de la conception de bébé-éprouvette), sa haine génétique, cancéreuse et inexplicable envers la personne même du Président Allahou, il a dévoilé son vrai visage. Il est en colère. Il est déçu, très déçu par la défaite cuisante du rendement de sa machine de calomnie. Les indicateurs sont décevants, très décevants. Le sieur croit être tombé sur l’occasion, tant attendue, pour relancer ses sales besognes.

 

Le sieur sans Avenir a commencé à répéter le même mantra de son client. Par exemple le duo croit encore qu’ils peuvent embarrasser le President Allahou, avec des propos tels que : « le président contesté du RDP a brillé par le népotisme et clientélisme, a géré ce département comme épicerie familiale, patati patata ». Et le sieur sans Avenir de continuer : « En effet, les techniciens de la primature (sic) auraient fait remarquer au Premier ministre qu’Allahou baigne dans un grand amateurisme et ne serait pas l’homme qu’il faut à la place qu’il fait. », oubliant qu’il est l’incarnation même de l’amateurisme en matière de journalisme moderne.

 

Bien au contraire, et pour rappel, le Président Allahou a brillement démonté qu’il est maitre de ce qu’il fait lors de sa parution devant les élus du peuple, et c’était en directe à la télévision. C’était aussi un complot orchestré par la mafia tripartite, pour nuire à la personne du ministre, mais c’était encore un échec cuisant et cinglant. C’était vraiment une occasion pour les Tchadiens de découvrir qui est Mht Allahou Taher, comme commentée par les journaux !

 

Pour commenter la parution du président Allahou lors de la cérémonie de passation de service, il écrit :« Telle une poule mouillée, l’ancien ministre du Commerce a passé le service à son ennemi juré. » Si le sieur sans avenir feint avoir vu autre chose, les Tchadiens n’oublieront jamais oublier cette poignée de main musclée et historique lors de la passation de service entre les ministres de la Fonction publique sortant et entrant, et rien n’indique qu’ils sont des ennemis jurés.

 

Qu’il se détrompe, ce tractiste aux petits pieds, à allure agricole non-cultivé, il ne peut, en aucun cas, transformer des mensonges bruts et crus en vérités.

 

N’ayant pas assez de temps pour revenir sur tous ses balivernes nauséabondes et truffés de contrevérités pour nuire gratuitement à la personne d’un homme intègre et courageux- et pour cela le peuple tchadien en est témoin- je dois dire que le sieur sans Avenir est une honte pour le métier du journalisme. Il est d’une nullité inouïe !

 

S’il y une entité syndicale qui protège les intérêts des journalistes, alors il est bien temps qu’elle se réveille pour purifier cette profession de la prostitution journalistique. Purger son rang de ces brebis galeuses qui se nourrissent des ordures comme des cochons de ville. Des piètres individus qui ont vendu leurs consciences aux en chers et choisi comme rente la diffamation.

Un journaliste est un être humain, et comme tout être humain, il peut avoir une opinion personnelle sur n’importe quel sujet. Cependant, en acceptant d’être membre de cette profession noble et difficile, un journaliste doit respecter la déontologie de celle-ci. Il doit dire la vérité, rien que la vérité et s’il n’est pas en mesure de dire la vérité, alors, il doit honorablement fermer sa gueule et croiser ses bras. Un journaliste qui fabrique des informations et imagine des scénarios virtuels et les présenter au conditionnel (normalement employé comme garde-fou d’objectivité) pour gagner une certaine crédibilité, c’est tout simplement une traitrise ! Il y a, quand bien même, un contrat social virtuel entre lui et son lecteur. C’est vraiment criminel ! C’est un crime contre l’humanité. C’est l’incarnation même du mille-collinisme.

 

Quant au ministre Nguéadoum, étant camarade, j’ai vraiment pitié de lui, parce que depuis son départ du gouvernement il me semble qu’il a commencé à avoir un problème psychologique ou tout au moins il souffre de la mégalomanie sans pour autant en avoir le moyen nécessaire pour se défouler. Il est peut-être attrapé par la Némésis à cause de son ingratitude criante. Il est à noter aussi qu’il a séjourné à l’hôpital de la Renaissance pendant un bon moment, pour une maladie inconnue. Peut-être la « mégalo-hépatite C ». Je lui ai même rendu visite, à son temps.

 

Aussi, faut-il le rappeler qu’au deuxième jour de la 6ème Convention du RDP, il a eu un malaise subit et du coup il a été évacué en catastrophe vers chez lui. Il semble qu’il n’a pas pu supporter la température thermique mais aussi politique de la salle d’alors. Ce n’était pas facile pour lui hein, vous savez, avec sa disposition physique assez généreuse ! Je le comprends !

 

La camaraderie progressiste oblige, le président Allahou était, alors, à son chevet, pour compatir à sa douleur. Il a fait le déplacement jusqu’à chez lui au quartier Moursal.

 

Parler à ce moment du « … Président contesté, des militants frustrés, un congrès extraordinaire, juguler la crise qui secoue le parti, » c’est assez déplorable comme état d’esprit. Au demeurant, le ministre Assane est encore jeune, il est toujours membre du Comité Directeur et de surcroit membre du Bureau Exécutif-la plus haute instance exécutive du parti. À mon humble avis, rien n’est encore perdu pour lui. En acceptant, par exemple, d’être membre des instances susmentionnées découlant de la 6ème Convention il accepte et cautionne, et la Convention et ses résolutions.

 

A ma connaissance, il n’a pas encore résilié sa participation. Par conséquent, il peut encore jouer un rôle très important dans le parti, sauf s’il décide finalement de rejoindre M. Padacket Albert avec qui il serait en discussion depuis un bon moment.

 

Faut-il le rappeler que, son Excellence monsieur le Premier ministre nourrirait une ambition grandiose avec un grand projet politique archi-complexe qui vise, d’abord, les prochaines législatives. Le projet a comme objectif, selon les promoteurs, à avoir un nombre assez suffisant des députés pour permettre à Son Excellence de conquérir les commandes du palais de la démocratie. Une fois au perchoir, il pourrait, alors, prétendre à la magistrature suprême. Eh oui, pourquoi pas ! Au Tchad des Moussaye sans Avenir tout est pratiquement possible, hein ! Le ministre Nguéadoum avait aussi un projet pareil, mais le sien s’arrête à la Primature d’abord. C’est la vraie raison de sa colère : son projet(fantaisiste) d’être Premier Ministre s’était écroulé comme un château de carte après la 6e Convention !!

 

Dans le cas contraire, même pour assouvir sa pulsion mégalomaniaque il peut organiser une prestation de serment, à la Railla Odinga, pour s’autoproclamer « président de toute la masse du RDP » devant ses sympathisants qui lui sont toujours fidèles, comme monsieur le Maire du 6ème sixième Arrondissement, ou cette ancienne. Dans le cas où cette option est adoptée il doit faire attention à la mobilisation des militants, mobilisation qui peut égaler le récent anniversaire du parti au palais du 15, le 29 décembre 2017. Ladite mobilisation a, faut-il le rappeler, provoqué la colère et la jalousie de plus d’un dans le camp adverse et elle n’est pas pour rien dans cette débandade manifeste au sein des ennemis du progrès.

 

Les chiens aboient, la caravane du RDP passe majestueusement ! Que les renégats aux abois et des journalichards au désarroi meurent de mélancolie ! Qu’en déplaise à ceux qui nourrissent des calculs fantaisistes ! Tant pis pour les traitres désavoués et vendeurs d’illusions !

 

Mahamat Idris

Militant du RDP

Courriel : lechevalier90@yahoo.uk

2365 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article