Le régime de Mouammar Kadhafi et ses amis français lui ont monté vingt et deux ans durant la tête si haute que le despote tchadien Idriss
Deby se permet aujourd’hui toutes les vanités et les contrevérités dans cet « interview-vérité » qui n’est que vanité et mensonge.


Contrairement  aux  affirmations  de certaines  presses  africaines et étrangères  Idriss Deby n’est pas un spécialiste de la guerre dans le désert. Et le Sahel tchadien n’est pas un désert, si non qu’on envoie les hommes de  Idriss  Deby dans le Nord malien, nous  parions qu’ils  reviendront au Tchad Talon aux fesses. Sans la France et la Libye de Kadhafi, Idriss Deby n’a ni armée, ni État.


Dans cet « Interview-Vérité » le tyran tchadien dit avoir averti  l’O T A N à un moment pendant le combat du Peuple libyen contre l’ancien tyran libyen feu  Mouammar Kadhafi. Quelle vanité! Aussi , il est très clair dans son  interview que  Deby  n’a  pas su cacher , même pour la forme , son amertume et son regret pour l’effondrement  du régime de Mouammar Kadhafi , son parrain.

Le despote  de N’Djamena est allé jusqu’à qualifier la chute de son parrain Mouammar Kadhafi de « dislocation de la Libye » et ignorer totalement les efforts de stabilisation et de démocratisation réalisés par les autorités révolutionnaires  de la Libye nouvelle, en affirmant que « les nouvelles autorités  libyennes ne contrôlent  toujours pas leur propre territoire ».


Concernant  la question  malienne, Idriss Deby considère  que la gestion actuelle de la crise par la CEDEAO seule « ne constitue pas une réponse appropriée à la situation », « On tourne en rond de sommet en sommet, etc. ». Quelle impolitesse à l’égard de cette grande institution africaine ?


Idriss Deby affirme par ailleurs avoir répondu « non » à la demande du Président de la République française quant à une éventuelle implication militaire du Tchad dans cette crise malienne, ce qui aurait pu être une indiscrétion grave relevant de l’irresponsabilité sous d’autres cieux. Quant aux affrontements entre arabes et Toubous libyen, Idriss Deby se dit inquiet. Quelle ironie ! Idriss Deby inquiet pour le sort de qui ? Des Toubous dont il n’a jamais hésité depuis vingt ans d’incendier villages et palmeraies, de décimer camelins et chèvres ?  Des autres Libyens dont il a fait par mercenaires massacrer les parents, femmes, enfants, vieux  pour soutenir son parrain feu Mouammar Kadhafi ?


Après avoir violé tous les droits humains au Tchad  pendant vingt et deux ans, après ses aventures militaires au Rwanda, au Congo-Brazzaville, au Congo-République Démocratique, en République centrafricaine, en Libye, tête montée très haut, Idriss Deby trouve le culot de sous-estimer ou feindre d’ignorer tous les efforts de la CEDEAO  pour résoudre cette crise.


Le tyranneau tchadien va très fort et montre ainsi qu’il est tout simplement mal éduqué et irresponsable.

                                           

Le  22  juillet  2012
                                           
Le Bureau exécutif de l’ A N C D .


 

163 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article