MTDH : Dans un communiqué de presse signé par Mahamat Tahir Adirdir, son président, le MTDH Mouvement tchadien pour la Défense Des Droits de l’Homme constate que ce dernier temps notre pays est devenu un État policier violant les libertés individuelles et collectives qui sont des principes sacrés.

Tout en condamnant l’arrestation des journalistes et en regrettant le comportement de la police tchadienne, le MTDH exhorte la justice à se saisir de cette affaire afin que les policiers auteurs de violations des locaux de Fm Liberté et de la brutalité contre les journalistes répondent de leurs actes, car selon le MTDH la liberté de la presse est le gage de la Démocratie.

UST, L’Union des Syndicats du Tchad : Dans un communiqué de presse signé par son Secrétaire général, Gounou-Vaima Ganfaré, l’UST se dit indignée et condamne l’intervention qu’elle qualifie de sauvage et les arrestations arbitraires par la police.

Tout en tenant pour responsable le gouvernement, l’UST demande la démission et l’arrestation du directeur général de la police et des Chefs de la police impliqués dans les bavures d’hier et sollicite l’ouverture d’une enquête judiciaire immédiate pour que les responsables soient traduits en justice.

Le parti socialiste sans Frontière condamne quant à lui ce qu’il qualifie d’escalade inacceptable de la persécution des médias privés au Tchad en violation de la liberté d’expression et de presse. Le Parti socialiste de Dinamou Daram appelle les journalistes à demeurer uni et à former un bouclier rigide pour faire face dit-il, à ces ennemis de la presse.

Tchadanthropus-tribune

392 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire