Le Premier ministre de transition, Saleh Kebzabo, s’exprimant sur l’organisation du référendum, explique  que c’est un passage obligé qu’il soit organisé par le gouvernement car ce n’est pas “une élection avec des enjeux particuliers”. Une sortie que l’ancien Premier ministre de transition, Président National du parti RNDT Le Reveil Pahimi Padacké Albert, trouve incongrue et se pose des questions

Saleh Kebzabo, Chef du gouvernement d’union Nationale, ne pas comprends pas pourquoi  certaines personnes trouvent anormal que le referendum soit organisé par le gouvernement et réitère que “c’est tout à fait normal que le gouvernement gère cette élection (faisant référence au référendum sur la forme de l’Etat), parce que ce n’est pas une élection avec des enjeux particuliers. Il s’agit d’organiser un référendum pour la Constitution de notre pays. Nous allons faire ce travail en toute objectivité”, a déclaré Saleh Kebzabo.

 

Une sortie qui a surpris l’ancien Premier ministre de transition, Pahimi Padacké Albert, sous lequel le Dialogue National Inclusif et Souverain (DNIS) a été organisée. Pour lui, c’est une question brûlante que ledit dialogue a tranché par un référendum. Si aujourd’hui cette question est qualifiée de “sans enjeux particuliers“, le DNIS s’est-il trompé ? s’interroge Pahimi Padacké Albert

 

“Le gouvernement veut nous faire croire maintenant qu’il se réserve, à lui seul, sans témoin, l’organisation du référendum sur la forme de l’Etat, parce ce référendum serait sans enjeux particuliers. Alors pourquoi organiser un référendum sur un sujet pour le peuple ?“, s’est interrogé davantage l’ancien Premier ministre de transition. “Le gouvernement d’union nationale a-t-il pour mission de s’occuper des sujets sans enjeux ? Le DNIS s’est-il trompé ou a-t-on trompé le peuple en renvoyant le choix de la forme de l’Etat au référendum ?“, se demande Pahimi Padacké Albert.

 

Pour lui, la forme de l’Etat est un enjeu national et reconnu comme tel par le Dialogue National Inclusif et Souverain (DNIS) et que le gouvernement “doit laisser la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) s’occuper de ce référendum“.

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info

2209 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire