De sources dignes de foi, les faits relater par le journal local ABBA Garde sur une somme importante envoyée à l’étranger (France) à bord de l’avion présidentiel se confirme, mais la version est différente. Après moult investigations, notre rédaction s’est rapprochée des divers protagonistes de l’affaire, et notre enquête fait ressortir des faits ahurissants. 13 valises bourrées de billets de banque auraient été chargées à bord de l’avion présidentiel à l’insu d’Idriss Déby diton.

 

Cette affaire abracadabrante dépasse tout entendement surtout sachant qu’en Europe les entrées de l’argent en cash sont soumises à des restrictions rigoureuses, et les banques en général n’acceptent plus les dépôts des billets de banque qui dépassent un montant de 1000 euros. Toutefois, l’investigation fait clairement ressortir qu’un montant de grande importance a été chargé à bord de l’avion présidentiel, et la destination de ce magot serait Paris.

 

Ce jour, 13 valises auraient quitté une des villas du président Idriss Déby où séjournait la 1ère dame Hinda Déby vers l’aéroport Hassan Djamous aux environs de 3 h du matin. Les employés et policiers en faction auraient été congédiés sous prétexte qu’il y a des manœuvres d’État. Les valises ont été minutieusement chargées cette nuit-là, à bord de l’avion, même le directeur de la flotte présidentielle le colonel Saddick Ibrahim Souleyman n’était pas au courant de la contenance de ces valises. Les documents qui lui ont été remis avec signature de sa hiérarchie affirmaient de préparer l’avion pour un déplacement. Il n’a pas été informé sur le reste.

 

De l’avis de plusieurs observateurs et connaisseurs des services sécuritaires dans l’entourage d’Idriss Déby, le colonel Saddick Ibrahim Souleyman est un officier intègre. Depuis son 1er poste comme aide de camp d’Idriss Déby jusqu’à ses diverses fonctions, jamais il ne fut incriminé ou cité dans une malversation quelconque. Il a été lui-même victime dans cette affaire qui lui a valu d’être limogé injustement (voir décret de limogeage).

Décret parc aviation présidentiel PDF

Plus tard, cette affaire gardée au secret a été découverte à travers une fiche envoyée à Idriss Déby par ses services. Furieux, le président tchadien convoqua tous les protagonistes et chercha à savoir la vérité dans cette histoire. À la question de pourquoi les contenances de valises n’a pas été vérifiée par le DG de la flotte présidentielle, Mr Saddick Ibrahim Souleyman donna sa version et affirma qu’il n’est pas habilité à fouiller les bagages qui sortent des appartements du président de la République. Mais, apparemment ses arguments n’ont pas convaincu Déby qui l’a limogé et nommé à sa place un de ses beaux-fils, le général Mahamat Ahamat Fadoul.

 

En quittant N’Djamena, l’avion présidentiel s’est posé au Bourget, un aéroport en banlieue parisienne. L’argent aurait été convoyé dans un appartement d’un des proches d’Idriss Déby. En tout cas c’est ce que révèle notre enquête, reste à savoir comment tout cela est possible sachant les règlementations en Europe.

 

À l’aéroport du Bourget où plusieurs personnalités du monde politique et divers viennent et partent, le contrôle des bagages des diplomates, exécutifs et des vols présidentiels sont rarement soumis aux fouilles et autres contrôles, pis encore quand les bagages sont estampillés valises diplomatiques. Dans ce cas, toute chose peut rentrer sans problème à partir du moment ou on sait s’y prendre.

 

Quand un membre de la rédaction de Tchadanthropus-tribune avait posé la question sur comment peut-on garder tout cet argent en liquide puisqu’on parle de contenance de 13 valises ? une source intermédiaire toujours proche de la présidence tchadienne désigne une piste, affirmant de savoir “Qui parmi les proches du président où de la 1ère dame a un appartement à Paris avec des coffres forts “. Naturellement, pour les appartements nous savons que certaines personnes proches du locataire du palais rose ont des appartements à Paris, mais pour les coffres forts cela nous échappe.

 

Dans l’éclat du problème et le flou des informations servies à Idriss Déby il fallait chercher des boucs émissaires. Azène Hissein Bourma et son épouse Amné (fille d’Idriss Déby) en sont les cibles, mais cette information les concernant est totalement fausse. Une source en interne et recoupée affirme que de par son absence au pays, le beau-fils d’Idriss qui a beaucoup de détracteurs est ciblé par méchanceté, assez souvent par des personnes proches de sa belle-famille pour le mettre dans le collimateur de son beau-père. Les informations parues dans le journal ABBA Garde n’étaient pas fondées sur l’appartenance de fond. Non plus, celles avouant qu’il aurait congédié son épouse, fille d’Idriss Déby qui lui aurait apporter cet argent. D’après nos sources auprès du DG de la flotte présidentielle, jamais l’épouse Azène n’avait voyagé avec l’avion présidentiel, ni les autres enfants d’Idriss Déby. Si l’information comporte cette précision, les regards se tournent et se fixent auprès d’autres personnes dans l’entourage de Déby. Alors, si la piste Azène s’ébranle, qui peut disposer d’un fond pareil et qui peut prendre la décision de faire décoller un avion présidentiel ? … Suivez notre regard. Cette histoire est d’autant plus grave car on cherche à impliquer Idriss Déby en l’exposant sur un cadre illicite, et en exploitant l’image du Tchad à travers l’avion présidentiel. Ceux qui veulent absolument s’enrichir sont prêt à tout.

 

Sur l’affaire des magouilles, nos confrères de Zoomtchad avaient même mis en avant une information pendant la visite du président français Emmanuel macron au Tchad. Nous citons Le « général » Khoudar a ainsi subi les conséquences de la mise à l’écart de Hinda. Et comme c’est une tête brûlée, on ne sait jamais. Certaines informations font état d’un lourd dossier constitué par la DGSE sur l’ampleur du pillage des revenus pétroliers par Hinda et ses hommes placés dans les postes stratégiques “. Fin de citation.

 

Si les deux points se rapprochent, l’étau se resserre encore comme par enchantement. Le reste, chacun en connaît la teneur, sauf l’opinion des citoyens qui s’en trouve galvaudé par des fakes News selon les réalisateurs desdites fausses informations. Celui qui a donné l’information à ABBA garde l’avait faite sciemment pour salir en grugeant ledit journal, omettant et couvrant l’identité de la personne sur la version originale de l’affaire. Il a surfé sur un fait réel en lui faisant des cornes et des biceps totalement faux. L’argent a fui le Tchad, chose qui est vraie, mais ce n’est ni le sieur Azène, moins encore son épouse qui sont à l’origine de cette malversation. Il faut trouver les vrais instigateurs ailleurs, encore qu’il faille vouloir les chercher ou les trouver, sinon les connait-on déjà ?

 

Avec 13 valises bourrées de devises, combien de problèmes peut-on résoudre dans notre pays ? À l’exemple de cette somme emportée hors de nos frontières, combien de fois le Tchad subit des fuites de capitaux ? Sans doute plusieurs fois, et pourtant on nous brasse à longueur de journée que notre pays est en crise, qu’on ne peut pas payer les fonctionnaires et ainsi de suite. Vivement la gouvernance dans notre pays doit changer. Quelles qu’en soient les conséquences, le Tchad ne peut pas continuer à être siphonné éternellement de cette manière. Il nous faut un changement et vite, si nous voulons être un pays comme les autres États.

Tchadanthropus-tribune

3181 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article